/misc
Navigation

Face aux médecins : la CAQ s’écrase elle aussi

Bloc medecin
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

La CAQ et le PLQ : du pareil au même

En campagne électorale, les belles paroles sont le lot coutumier des politiciens afin d’hameçonner les petits poissons que nous sommes. Et nous mordons tout le temps très facilement. Pas besoin d’un appât sophistiqué : un bout de pain suffit, même un vers au bout d’un vieux clou.

Ce que ça faisait chaud au cœur d’entendre François Legault, converti pour l’occasion en homme du peuple : « La CAQ prône un changement responsable » (Le Devoir 24 février 2018). Changement responsable comme d’avoir versé des millions aux riches avec sa taxe scolaire et plus d’un milliard de dollars aux compagnies lors de son premier budget en cadeaux fiscaux de toutes sortes. Et aussi changement responsable comme celui d’avoir « modernisé » les chauffeurs de taxi; d’avoir pris parti pour l’aluminerie de Bécancour, détenue majoritairement par la multinationale américaine Alcoa, face à ses 1000 employés qu’elle a cavalièrement lockoutés depuis plus d’un an tout en continuant de se servir au buffet des tarifs d’électricité bonbons et enfin de s’être écrasé face au puissant syndicat des docteurs au lieu de baisser un peu leur gros salaire. Et pas plus tard que mars dernier, Legault récidivait en disant : « Legault respectera tous ses engagements » (Le Devoir, 14 mars 2019). Respectera tous ses engagements sauf celui de « moderniser » à la baisse les énormes salaires et autres extras des toubibs dont plusieurs s’incorporent afin de payer peu d’impôt sur le revenu. Les syndicats des docteurs menaçaient quiconque qui voulait s’en prendre à leurs « droits acquis ». Moi, comme je suis de centre-droite, et que je propose toujours des politiques très pragmatiques qui cantent à droite sur le plan idéologique, je suis donc toujours à l’abri de la foudre des puissants. Je dirais même qu’ils apprécient mes positions. Ça fait tellement chaud au cœur d’être aimé par les grands. 

Legault et McCann, un duo aussi hypocrite que Couillard et Barrette

Pourtant, François Legault l’avait lui-même dit en 2011 : « La cause des maux en santé. François Legault prône toujours une approche plus musclée avec les médecins » (La Presse, 23 février 2011). Vous le savez bien, c’est dans les gênes des politiciens de jouer exclusivement les gros bras avec le monde ordinaire sans moyen et de baisser les bras avec le monde extraordinaire. Legault avait même dit : « C’est difficile de négocier avec les médecins. La CSN, c’est de la petite bière à côté des deux fédérations (de médecins) ». 

Alors, pour endormir au gaz les innocents et les naïfs, Legault a promis, au nom de l’équité et de la justice sociale, de geler et de baisser la rémunération des toubibs. Et ça mord! Legault vient d’attraper un gros poisson en la personne de l’éditorialiste Robert Dutrisac (que j’aime bien) du Devoir, qui a intitulé ainsi son papier du 26 octobre 2018 : « Rémunération des médecins. Legault prend le taureau par les cornes ». Quel merveilleux éditorial que cette ode au courage de Legault et de la CAQ! Pourtant, ce n’était que de la frime... c’est le taureau qui a pris Legault par les couilles...

Danielle McCann pas mieux que Barrette

Au moins, la ministre caquiste de la Santé, Danielle McCann est moins tapageuse, moins fanfaronne et moins impolie que l’était Gaétan Barrette qui est nettement meilleur dans l’opposition. Alors, McCann aussi voulait s’attaquer aux généreux émoluments des docteurs : « Réforme McCann. Un bras de fer se dessine avec les médecins » (Le Devoir, 19 février 2019). La réforme annoncée par la CAQ s’est transformée en réformette. Rapidement Legault et McCann ont été cloués au tapis pour un compte rapide de trois grâce à une vigoureuse clé de bras japonaise et une prise de l’ours servi par les puissants médecins. 

Un homme averti en vaut trois

Pourtant, monsieur Legault et madame McCann ont été avertis par le syndicat des docteurs, qui ont plus de « power » que les chauffeurs de taxi et les travailleurs de l’aluminerie ABI. Ils se sont déjà même payé les services de Lucien Bouchard comme négociateur, lui qui justement aime défendre la cause des riches opprimés dans la société : « Qui sème le vent récolte la tempête, préviennent les médecins. La résistance au changement n’inquiète pas François Legault » (Le Devoir, 21 août 2012). Legault aurait dû s’inquiéter de la résistance des médecins à se faire moderniser et réingénierier. La tempête annoncée avec les médecins s’est métamorphosée en douce brise printanière. 

Merci à la présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), madame Diane Francoeur, d’avoir prévenu François Legault d’aller se faire voir ailleurs : « Médecins spécialistes. Francoeur sert un avertissement à Legault. Casser l’entente serait contre-productif, affirme la présidente de la FMSQ » (Le Devoir, 15 août 2018). Et comme le fait toujours le patronat, les cerveaux, les compagnies et les docteurs, il est toujours bon de faire peur au monde si l’on ose penser à toucher à leurs vaches sacrées : « Les médecins spécialistes s’inquiètent des impacts du gel de leur rémunération sur les soins aux patients » (Radio-Canada, 26 octobre 2018). En termes de soins aux patients, est-ce que ça peut être pire?

Et tout fini bien

Bravo au courage démontré par la CAQ à ne reculer devant rien et devant personne afin de desservir honorablement les intérêts supérieurs de la majorité et de s’être vaillamment battue pour le respect de ses principes moraux très élevés comme ceux de l’équité et de la justice sociale. Il n’y en aura pas de gel des salaires des médecins comme l’avait pourtant promis la CAQ en campagne électorale. Nos bons docteurs vont pouvoir continuer à encaisser leurs gros salaires, en plus de nombreuses grosses primes. De ridicules gros extras que continue à endosser la CAQ qui coûtent plusieurs millions chaque année, en sus de leur rémunération, comme des primes pour arriver à l’heure au travail; pour porter un uniforme ou une jaquette; pour s’occuper des vieux; pour assister à des réunions; pour faire de la gestion; pour supposément superviser les super-infirmières qui ont autant de scolarité universitaire qu’eux, etc. Une vraie de vraie farce. Plate. J’y reviendrai dans mon prochain blogue. Vous allez rire. 

Tout ça pour dire que pour la CAQ : « Médecins. Pas de gel des salaires des spécialistes » (Le Devoir, 1er novembre 2018). La CAQ va préférer jouer du coude avec d’autres comme l’ont fait avant le PLQ et le PQ. Pourquoi s’attaquer aux médecins spécialistes qui avaient reçu des milliards de dollars en cadeau du PLQ? Cela n’avait pas empêché l’érudit et le très cultivé Philippe Couillard de s’époumoner : « Entente avec les médecins spécialistes : Couillard estime avoir été dur » (Le Journal de Montréal, 21 février 2018).