/opinion/columnists
Navigation

Le chemin de croix de Justin

Coup d'oeil sur cet article

Après un seul mandat au pouvoir, Justin Trudeau patauge déjà en eaux troubles. Le fils doré de l’ex-premier ministre mythique Pierre Elliott Trudeau risque même de perdre les élections du 21 octobre. Qui l’eût cru ? Durement plombé hors Québec par l’affaire SNC-Lavalin/Wilson-Raybould, Justin Trudeau a perdu pied.

Résultat : sur son flanc droit, les conservateurs d’Andrew Scheer sont en montée. Sur son flanc gauche, le Parti vert gagne du terrain au détriment des libéraux. Pour les conservateurs, tout ce qui gruge dans les talles libérales est une bonne nouvelle.

Wilson-Raybould

Grâce à l’élection partielle tenue ce lundi dans la circonscription de Nanaimo, en Colombie-Britannique, un nouveau député du Parti vert ira rejoindre sa chef Elizabeth May à la Chambre des communes. Le mois dernier, à l’Île-du-Prince-Édouard, pour la première fois au pays un parti vert remportait le statut d’opposition officielle. Même Jody Wilson-Raybould, ex-ministre fédérale de la Justice et ennemie jurée de son ancien patron Justin Trudeau, songerait à se présenter pour le Parti vert au scrutin du 21 octobre. Invitée au tout récent mariage de Mme May, Mme Wilson-Raybould y a d’ailleurs confirmé qu’elle avait des « discussions » avec elle.

Montée parallèle

Comment expliquer cette montée parallèle des verts et des conservateurs ? Pour le Parti vert, c’est l’urgence climatique et la faiblesse du NPD. Aux antipodes, un retour de l’idéologie du tout à l’économie et au pétrole avantage les conservateurs. La baisse des libéraux favorise en même temps les deux partis.

Entre les deux, Justin Trudeau est de plus en plus coincé. Rien n’est encore joué, c’est sûr. On le sent néanmoins lucide face au chemin de croix qu’il entame d’ici le scrutin de l’automne. Pour fouetter ses troupes, il leur a envoyé un message percutant : « Il est probable que la campagne de 2019 soit l’une des plus ignobles » de l’histoire canadienne. Il a de bonnes chances d’avoir raison.