/sports/fighting
Navigation

«On veut une unification» - Marc Ramsay

«On veut une unification» -  Marc Ramsay
Photo Agence QMI, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

On peut dire sans se tromper qu’Artur Berterbiev a défendu son titre IBF des mi-lourds avec panache, samedi soir.

Contre l’Américain d’origine bosniaque Radivoje Kalajdzic, le protégé de Marc Ramsay a su placer d’efficaces combinaisons. Ses attaques, très précises, étaient en grande majorité percutantes.

C’est d’ailleurs ce mélange de précision et de vigueur qui a forcé l’arbitre à mettre fin aux hostilités au cinquième round.

Après le combat, plusieurs experts ont critiqué la témérité de Kalajdzic qui a décidé d’échanger coup pour coup avec Beterbiev.

En entrevue à TVA Sports, Marc Ramsay a commenté la stratégie choisie par le pugiliste adverse.

«On savait que c’était un boxeur dur qui aimait laisser aller ses mains. Il a toujours apprécié les combats agités.»

Lorsque questionné à savoir si Beterbiev avait trouvé compliqué de s’ajuster au penchant offensif de son adversaire, Ramsay a offert une réponse intéressante.

«Compliqué? Non. Mais il a trouvé que c’était un combat très physique. Artur a toutefois bien appliqué le plan de match, qui était de boxer à courte distance pour empêcher Kalajdzic d’utiliser sa portée.»

Et la suite, maintenant?

La division des mi-lourds compte quatre champions. Plusieurs amateurs réclament depuis longtemps une unification des titres. Sergey Kovalev, Dmitry Bivol, Oleksandr Gvozdyk... Lequel pourrait être le prochain adversaire de Beterbiev?

«On vise une unification», de répondre son entraîneur.

«Honnêtement, nous ne sommes pas intéressés à boxer dans d’autres circonstances. Peu importe le champion qui se présentera devant nous, nous sommes preneurs.»