/sports/racing
Navigation

Pour la dernière fois?

L’avenir du Grand Prix d’Espagne paraît compromis

Pour la dernière fois?
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

 BARCELONE | Le Grand Prix d’Espagne vit actuellement les mêmes inquiétudes qui ont remis en doute la tenue de l’épreuve de F1 à Montréal il y a quelques années. 

 Des rumeurs se sont intensifiées au cours des derniers jours selon lesquelles l’étape de Barcelone, qui figure au calendrier depuis 1991 sans interruption, pourrait être déplacée vers une autre destination. 

Les Pays-Bas, qui souhaitent récupérer leur Grand Prix depuis bon nombre d’années, seraient sur les rangs pour assurer la relève.

 « Nous n’avons pas encore pesé sur le bouton de panique, a fait savoir Vicenç Aguilera, le président du circuit de Barcelone-Catalogne, cité par le quotidien espagnol El País. Mais on comprend bien que certaines autres villes sont prêtes à prendre notre place. 

 « Nous travaillons actuellement très fort pour assurer l’avenir de notre course. Nous souhaitons avoir de bonnes nouvelles à communiquer sous peu. » 

 Irrégularités 

 Selon des informations publiées par divers sites spécialisés en Europe, la mairie de Barcelone aurait décidé de suspendre en 2019 ses appuis financiers à l’organisation du Grand Prix en raison d’irrégularités, notamment dans le versement de salaires non autorisés par le propriétaire du circuit. 

 Le conseil de ville de Barcelone, selon les modalités du contrat, finance en partie l’organisation de la course, mais depuis quelques années, la plupart des élus sont de moins en moins enclins à y injecter l’argent des contribuables. 

 Ils jugent en effet que les retombées économiques ne justifient plus la dépense et que la ville peut se passer de son Grand Prix. 

 Dossier réglé à Monza et à Silverstone 

 Barcelone faisait partie des cinq étapes du Championnat du monde dont les ententes viennent à échéance à la fin de la saison 2019. 

 Cette liste est maintenant réduite à trois puisque Silverstone (Grande-Bretagne) et Monza (Italie) ont récemment trouvé un accord avec les autorités de la F1 pour l’organisation de leur course respective. 

 Outre celui d’Espagne, les Grands Prix d’Allemagne et du Mexique doivent également négocier pour conserver leur place. Et le temps presse, semble-t-il. 

 La F1 doit en effet publier son premier calendrier provisoire pour la saison 2020 dès le mois prochain et une nouvelle destination, le Vietnam, est assurée d’y être intégrée. 

 Dans le cas de l’Allemagne, on chuchote que le soutien financier de Mercedes, comme cette année, sera essentiel à la survie de l’épreuve. 

 Le GP du Brésil à Rio 

 Par ailleurs, on a appris mercredi que le Grand Prix du Brésil sera déplacé en 2020 de Sao Paulo à Rio de Janeiro. L’épreuve présentée au circuit d’Interlagos depuis 1990 était aux prises avec une dette énorme que la Ville ne pouvait plus supporter. 

 Le président du pays, Jair Bolsonaro, en poste depuis janvier dernier, a annoncé la construction d’un nouvel autodrome dans la zone militaire de Deodoro, qui avait été le théâtre des compétitions d'équitation et du slalom en canoë-kayak aux Jeux olympiques de 2016. 

 Le Grand Prix du Brésil s’est déjà déroulé à Rio en 1979, et de 1981 à 1989, au complexe de Jacarepagua, qui fut détruit en 2014 lors de la construction du parc olympique, justement. 

 Tout semble indiquer que le circuit portera le nom d’Ayrton Senna, à la mémoire du grand champion de F1 né au Brésil.