/news/currentevents
Navigation

Tué en pleine nuit devant chez lui

Le trafiquant de drogue aurait ignoré les avertissements du crime organisé de respecter son territoire

Coup d'oeil sur cet article

Un trafiquant de drogue de 33 ans abattu tôt mercredi matin devant sa résidence de Repentigny aura appris à la dure qu’il vaut mieux respecter son territoire lorsqu’on vend de la drogue pour le compte du crime organisé.

Francis Turgeon n’aurait vraisemblablement pas respecté le territoire qui lui avait été alloué par le crime organisé pour vendre de la drogue.
Photo tirée de Facebook
Francis Turgeon n’aurait vraisemblablement pas respecté le territoire qui lui avait été alloué par le crime organisé pour vendre de la drogue.

Des voisins ont appelé le 911 vers 2 h 30 du matin après avoir entendu au moins un coup de feu. Sur place, les policiers ont découvert au sol le corps inanimé et ensanglanté de Francis Turgeon. L’homme gisait sur le terrain de sa résidence, rue Raymond-Gaudreault. Son décès a été constaté sur les lieux.

Photo Agence QMI, Erik Peters

Turgeon, connu des services policiers pour ses liens avec le crime organisé et son passé criminel, aurait été surpris par au moins un individu armé au milieu de la nuit.

Photo Agence QMI, Erik Peters

Quelques minutes avant de tomber sous les balles de son assassin, Francis Turgeon a tenté de communiquer avec sa meilleure amie.

« Il m’a écrit à 2 h 7 du matin. Il voulait jaser, mais je n’ai pas répondu parce que je dormais », confie la jeune femme, qui a demandé à ce qu’on taise son nom pour des raisons de sécurité.

Photo Agence QMI, Erik Peters

La victime et sa meilleure amie devaient d’ailleurs se voir ce soir-là, mais un empêchement de dernière minute les a forcés à remettre leur rencontre.

Francis Turgeon, récemment sorti de prison, avait confié à plusieurs reprises à son amie qu’il souhaitait cesser la drogue, puisqu’il consommait de la cocaïne et du GHB sur une base régulière.

Photo Agence QMI, Erik Peters

Guerre de territoire

Il aurait également mentionné vouloir arrêter d’en vendre et ainsi rompre ses liens avec le crime organisé, notamment pour aider sa mère atteinte d’un cancer.

Selon nos informations, c’est une guerre de territoire qui serait à l’origine du meurtre. Malgré quelques avertissements, Francis Turgeon n’aurait pas toujours respecté le secteur qui lui avait été imposé pour vendre des stupéfiants.

Photo Agence QMI, Erik Peters

Des hommes sont d’ailleurs débarqués chez lui il y a environ deux mois pour le tabasser.

Tout indique que la victime avait ignoré cet avertissement. C’est ce qui pourrait lui avoir coûté la vie.

Passé criminel

Francis Turgeon avait souvent eu affaire à la justice dans le passé, notamment pour des accusations de trafic et de possession de drogue, de recel, de port d’arme dans un dessein dangereux et d’infraction au profit d’une organisation criminelle.

L’enquête est menée par le Service des enquêtes sur les crimes contre la personne de la Sûreté du Québec (SQ).

Un large périmètre de sécurité a été érigé autour de la scène de crime pendant de nombreuses heures. En plus des enquêteurs, des techniciens en identité judiciaire, une équipe du laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale ainsi qu’un maître de chien étaient sur les lieux afin de récolter des éléments permettant d’élucider le meurtre.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.