/opinion/columnists
Navigation

Bouchard et Taylor, duo comique

Les deux intellectuels se sont discrédités.
Photo courtoisie Les deux intellectuels se sont discrédités.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis une douzaine d’années, Gérard Bouchard et Charles Taylor se sont imposés dans notre vie publique lorsque vient le temps de parler de la question identitaire.

La classe politique a voulu tailler à chacun un costume de grand sage. Ils se sont reconnus dans ce rôle, d’autant que les médias en rajoutaient. Il suffisait que l’un ou l’autre prenne la parole publiquement pour qu’on l’accueille avec un air méditatif et sérieux.

Réflexion

Mais depuis peu, les deux intellectuels en sont venus à former un duo comique. En reniant leur fameux rapport, et en multipliant les pirouettes intellectuelles pour le désamorcer, ils ont perdu leur crédibilité auprès du grand public. Désormais, lorsqu’ils lisent leurs encycliques, le commun des mortels lève les yeux au ciel, lorsqu’il ne s’esclaffe pas. Qui prétend écrire la Bible pour ensuite nous inviter à la renier ne parviendra plus à passer pour un pape.

Il faut dire que le rapport Bouchard-Taylor était un texte moins intéressant qu’on ne l’a dit. Ceux qui l’ont lu et qui ne se sont pas contentés d’en retenir les conclusions s’en souviennent ; on y trouvait une analyse sociologiquement peu convaincante de la crise des accommodements raisonnables. En gros, il n’y aurait pas de problème d’intégration des immigrés, au Québec, mais un manque d’ouverture des Québécois francophones, qui seraient trop exigeants sur le plan identitaire.

On est en droit de se demander, en fait, si depuis le début, il n’y a pas eu une erreur de casting intellectuel.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Gérard Bouchard fut d’abord un compétent historien du Saguenay avant de se recycler en théoricien de la nation à la fin des années 1990. À une époque où les souverainistes n’en finissaient plus de s’en vouloir des propos de Jacques Parizeau sur les votes ethniques, ses travaux ont connu une certaine popularité. Il proposait une forme de multiculturalisme québécois, sans le nom. Mais plus il construisait son édifice théorique et plus ses fondations se révélaient bancales.

Quand on relit les ouvrages de Bouchard aujourd’hui, on constate à quel point ils étaient décrochés de la réalité. Bouchard a voulu ensuite théoriser à sa manière l’interculturalisme à la québécoise. L’entreprise, peu convaincante, ressemblait à une fuite en avant intellectuelle.

Taylor, quant à lui, est un authentique philosophe. Mais plus il s’approche de la vie politique concrète, plus sa pensée s’embrouille. En d’autres mots, le philosophe de la religion et de l’identité moderne est intéressant, le théoricien du multiculturalisme l’est beaucoup moins. Et quand il touche la question du Québec, il devient un militant hargneux qui multiplie les attaques gratuites pour disqualifier les nationalistes.

Charte

À quelques semaines de l’adoption de la Charte de la laïcité, les deux comiques font un dernier tour de piste. Mais ils ne font même plus rire. Ils lassent. Politiquement, on se souviendra d’eux comme des hommes qui, découvrant le peuple indifférent à leur charme, essayèrent de lui faire peur une dernière fois.