/news/politics
Navigation

Le maire de Saint-Jérôme accusé d’avoir enfreint la loi électorale

Stéphane Maher
Photo Stéphane Sinclair

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher, a reçu deux constats d’infraction du Directeur général des élections du Québec (DGEQ) pour avoir tenté d’«influencer une personne au regard de sa candidature», ce qui est considéré comme une manœuvre électorale frauduleuse.

S’il est déclaré coupable, le maire deviendrait inhabile à exercer ses fonctions pour une période de cinq ans à partir du jugement. Une action en déclaration d'inhabilité pourrait alors être entreprise en justice pour démettre le maire de ses fonctions, ce qui le forcerait à quitter son poste.

Selon nos informations, les deux plaignants dans cette affaire sont d’anciens conseillers du parti du maire Maher, Vision Saint-Jérôme. Au cours des derniers mois, Mario Fauteux et André Marion ont tous deux accusé publiquement le maire de leur avoir offert un emploi à la Ville s’ils acceptaient de quitter le parti, à la veille de la dernière élection municipale de 2017.