/sports/racing
Navigation

Essais du Grand Prix d’Espagne: une fière chandelle à son équipe

Stroll classé 13e après une sortie de piste en matinée; Mercedes au sommet

Essais du Grand Prix d’Espagne: une fière chandelle à son équipe
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

MONTMELÓ | Lance Stroll a bouclé vendredi sa première journée d’essais au 13e rang, en prévision du Grand Prix d’Espagne de F1, malgré une sortie de piste en matinée qui a endommagé sa monoplace.

Le pilote québécois a néanmoins concédé plus d’une seconde et demie au détenteur du chrono le plus rapide et meneur au championnat, Valtteri Bottas, qui a parcouru le circuit de Barcelone-Catalogne en 1 min 17,284 s. Stroll doit une fière chandelle à son équipe, Racing Point, qui a mis les bouchées doubles pour réparer les importants dommages subis au train avant de son bolide lors de l’impact.

Si bien que la voiture s’est mieux comportée en après-midi !

« Les mécanos ont fait un travail remarquable, a-t-il raconté à sa sortie de voiture. C’est un bon signe de constater que nous avons fait des progrès en fin de journée. »

Une roue sur la pelouse

Stroll, qui a bouclé son meilleur tour en 1 min 18,839 s, n’a pas joué à l’autruche pour expliquer son accident survenu au neuvième virage.

« À l’entrée du virage, a-t-il déclaré, j’ai mis la roue avant gauche sur la pelouse et la voiture a été déstabilisée. »

Malgré quelques coups de volant pour tenter de reprendre sa trajectoire, Stroll a été un passager de sa monoplace. Quoique ralentie par le bac à gravier, elle est venue terminer sa course dans un muret de protection.

Stroll s’en est tiré indemne et la coque de sa Racing Point n’a heureusement pas été touchée.

Compliqué pour Pérez

On connaît les malheurs de Stroll qui, en quatre Grands Prix cette année, n’a pas été en mesure d’atteindre la deuxième ronde des qualifications (Q2), contrairement à son coéquipier Sergio Pérez, qui s’est même rendu à l’étape Q3 en deux occasions.

Les derniers essais libres samedi seront donc importants pour le pilote de 20 ans avant les qualifications prévues quelques heures plus tard.

Or, autant Stroll s’est montré satisfait de sa voiture, autant Pérez n’a pas caché sa frustration après n’avoir réalisé que le 18e chrono (1:19,448) de la journée.

Une performance plutôt gênante puisque seules les deux Williams de George Russell et de Robert Kubica ont fait pire que lui.

« Une journée compliquée, s’est exclamé le Mexicain. Rien n’a vraiment fonctionné. On doit trouver des solutions pour corriger le tir. »

Pérez n’a pas voulu dire si les « évolutions » apportées à l’aérodynamique de la voiture étaient la cause principale de ses déboires vendredi.

« Il est trop tôt pour le savoir », a conclu le pilote mexicain.

Grosjean, l’intrus

Au sommet, Bottas et son coéquipier Lewis Hamilton occupent provisoirement les deux premiers rangs au tableau. Ils tenteront dimanche de procurer à Mercedes un cinquième doublé consécutif en ce début de saison.

Derrière, pas de surprise non plus puisque les Ferrari de Charles Leclerc et de Sebastian Vettel suivent dans l’ordre.

Max Verstappen s’est pointé à la cinquième position à bord de sa Red Bull, mais son coéquipier Pierre Gasly n’est que septième, devancé par son compatriote Romain Grosjean (Haas).

S’il est un pilote qui doit racheter son mauvais début de saison, c’est bien le Français, l’un des quatre engagés en 2019 à ne pas avoir récolté de points au championnat et qui joue sa carrière en F1 cette année.