/lifestyle/food
Navigation

Gala des Lauriers: le Québec fête sa gastronomie

La crème de la crème de la gastro­nomie québécoise a été mise à l’honneur à l’occasion du second Gala des Lauriers, à l’Arsenal, à Montréal.
Photo courtoisie, Les Lauriers La crème de la crème de la gastro­nomie québécoise a été mise à l’honneur à l’occasion du second Gala des Lauriers, à l’Arsenal, à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Lundi a eu lieu la deuxième édition du Gala des Lauriers, soirée festive qui récompense le meilleur de la gastronomie québécoise. Lors d’un gala animé par Christian Bégin, 17 Lauriers ont été remis à des gens passionnés, des ambassadeurs de la scène culinaire l’année dernière.

Christine Plante a fondé cet événement rassembleur l’année dernière ; le but étant de célébrer, reconnaître et récompenser les meilleurs artisans de l’industrie de la culture culinaire québécoise.

Pour sélectionner les candidats, les Lauriers reposent sur une Brigade de plus de 4000 membres, des professionnels de l’industrie qui peuvent mettre en candidature, nommer et partiellement sélectionner les lauréats.

La crème de la crème de la gastro­nomie québécoise a été mise à l’honneur à l’occasion du second Gala des Lauriers, à l’Arsenal, à Montréal.
Photo courtoisie, Les Lauriers

De l’autre côté, un jury officiel de sept jurés a la lourde tâche de sélectionner les lauréats. Car le Québec ne manque pas de personnalités reconnues et d’entreprises novatrices en la matière.

« Je suis enchantée de dévoiler une seconde liste annuelle aussi riche en diversité et haute en saveurs ! Nous pouvons tous être fiers du talent qui peuple notre industrie ! » a résumé Christine Plante.

Deux fois plutôt qu’une

Parmi les lauréats, notons que le Petit Mousso, qui a ouvert ses portes l’année dernière à Montréal, a remporté non pas un, mais deux Lauriers, grâce au chef Benjamin Mauroy-Langlais (Révélation de l’année) et Émile Archambault (mixologue ou bartender de l’année).

La crème de la crème de la gastro­nomie québécoise a été mise à l’honneur à l’occasion du second Gala des Lauriers, à l’Arsenal, à Montréal.
Photo courtoisie, Les Lauriers

Le Montréalais Mon Lapin est devenu le restaurant de l’année, tandis que Stéphane Modat, du restaurant Champlain, est le chef de l’année.

Sans surprise, Ricardo a raflé le Laurier du public, tandis que les Jardins de Métis sont repartis avec le prix du Tourisme gourmand.

La soirée s’est poursuivie avec un souper mettant en lumière les finalistes et lauréats de l’année dernière. Car après tout, cet événement rassembleur gravite autour de la gastronomie, donc les convives ont été invités à y goûter !


► Pour tous les lauréats et finalistes de cette année : lauriers.ca