/news/politics
Navigation

Une députée fédérale compare la laïcité à de la ségrégation

Une députée fédérale compare la laïcité à de la ségrégation
Photo d'archives, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | La députée libérale fédérale de Saint-Laurent, Emmanuella Lambropoulos, a comparé le projet de loi sur la laïcité du gouvernement Legault à de la ségrégation, vendredi. 

Emmanuella Lambropoulos a exprimé sa pensée sur sa page Facebook officielle lors du dépôt du projet de loi sur la laïcité de l’État. 

Dans un texte écrit en anglais et en français, elle souligne sa déception vis-à-vis le projet de loi, exprimant qu'il s'agit d'un pas dans la mauvaise direction. 

Plus loin, elle ajoute: «Ce type de ségrégation me rappelle une période beaucoup plus sombre de l'histoire et je suis tellement triste que cela se produise dans ma propre province et que mes électeurs soient touchés.» 

Ces écrits ont fait réagir le ministre responsable de la loi sur la laïcité de l’État. 

«Je ne pense pas qu'on puisse comparer aucunement le projet de loi sur la laïcité à quelque période sombre de l'histoire de l'humanité», a dit le ministre Simon Jolin-Barrette. 

«Ça ne contribue pas au débat le fait d'avoir des comparaisons extrêmes comme celle-ci. Je pense que le projet de loi qui est déposé par le gouvernement est un projet de loi modéré qui rassemble les Québécois», a soutenu M. Barrette, qui invite les élus et les acteurs de la société civile à faire preuve de modération dans leurs propos. 

Farouchement opposée au projet de loi, la députée libérale Hélène David invite les élus à faire attention à leur choix de mots. 

«"Ségrégation", c’est un petit peu exagéré. Il faut faire attention aux mots qu’on emploie», a indiqué la députée de Marguerite-Bourgeoys. 

Le chef parlementaire du Parti québécois (PQ), Pascal Bérubé, en profite pour mettre en garde les députés fédéraux. 

«Il y a peut-être un message aux politiciens fédéraux. C'est au Québec que ça va se décider et je demande au Canada de prendre acte de la volonté de l'Assemblée nationale», a-t-il indiqué. 

Le chef du Bloc québécois, Yves François Blanchet, invite pour sa part le gouvernement fédéral à respecter la nation québécoise. 

«On voit bien que ça révèle la nature profonde du PLC qui est hostile à l'identité québécoise, qui est hostile à la laïcité québécoise. Je rappellerai à M. Trudeau que le gouvernement actuel est là depuis six mois et, que lui dans six mois, il ne sera peut être plus là», a conclu M. Blanchet. 

Pas d’excuses 

La députée fédérale de Saint-Laurent a décliné toutes les demandes d'entrevue de TVA Nouvelles, vendredi. 

Dans une déclaration qu'elle a fait parvenir, elle écrit néanmoins «avoir dû trouver une meilleure façon de décrire ses sentiments et sa pensée sur ce projet de loi». 

«Je comprends que les gens sont très concernés par rapport à ce sujet. Ce que je voulais dire est que ce projet de loi est discriminatoire et pourrait servir d'alibi à d'autres formes de discrimination», a-t-elle écrit. 

Du côté du gouvernement Trudeau, on trouve aussi que ce n'est pas le bon choix de mots qui a été utilisé par la députée Emmanuella Lambropoulos.