/news/currentevents
Navigation

Une intervenante proche de la famille de la fillette décédée à Granby dit avoir reçu des menaces

Coup d'oeil sur cet article

 La directrice de l’organisme Aide, Conseils et Assistance aux Familles Québécoises Karine Darcy dit avoir reçu plusieurs menaces puisqu’elle a grandement critiqué le travail de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) en lien avec la mort d’une fillette de 7 ans à Granby. 

 «Vous devriez voir mon cellulaire et mes messages privés de gens qui, j’imagine, sont payés par la DPJ pour venir m’achaler ou me discréditer», s’est désolée Mme Darcy en entrevue à l’émission Dutrizac de 6 à 9 sur les ondes de QUB radio. 

 L’intervenante affirme que lesdits messages mentionnent qu’elle est «allée trop loin» dans ses critiques et qu’elle a mentionné des noms qu’elle n’était pas en droit de dévoiler. 

 Celle qui avait fait part de son intention d'amener les autorités à porter des accusations criminelles contre toutes les personnes «qui ont du sang sur les mains» la semaine dernière assure toutefois qu’elle n’a rien à se reprocher. 

 «Je ne sais pas à quoi on fait allusion. J’essaie de faire attention, d’être très respectueuse, très consciencieuse à propos du nom et de l’événement», soutient-elle.  

  •  Écoutez l'entrevue de Karine Darcy sur QUB radio  

 Funérailles émotives 

 Mme Darcy était présente aux funérailles de la jeune fille jeudi. C’était pour elle un moment particulièrement chargé d’émotion. 

 «Quand j’ai vu le cercueil ouvert, j’ai étouffé, je suffoquais [et] j’ai couru jusqu’en dehors du salon. J’ai beaucoup pleuré, beaucoup crié de rage», dit-elle. 

 Il a fallu que l’oncle de la fillette vienne la prendre dans ses bras pour la réconforter et la ramener au salon. 

 «Je pense que ça va me prendre des semaines pour m’en remettre.» 

 Pas de nouvelles du gouvernement 

 Par ailleurs, Karine Darcy a mentionné que la grand-mère paternelle, la tante et la mère de la fillette ont rencontré les ministres François Bonnardel et Lionel Carmant cette semaine. 

 «Ils ont pris connaissance de l’assez volumineux document que la grand mère avait en main, depuis ce temps-là c’est l’indifférence totale et le silence total», se désole l’intervenante. 

 Mme Darcy a également mentionné qu’elle et la famille désireraient siéger sur différentes commissions publiques en lien avec la jeunesse.