/news/politics
Navigation

Affaire Norman: l’opposition demande une rencontre d’urgence

Affaire Norman: l’opposition demande une rencontre d’urgence
Photo Agence QMI, ÉMILIE BERGERON

Coup d'oeil sur cet article

Des députés de l’opposition à Ottawa ont demandé au Comité permanent de la défense nationale de se réunir d’urgence pour discuter de la conduite du gouvernement Trudeau dans l’enquête et l’accusation du vice-amiral Mark Norman.

Dans une lettre envoyée dimanche, les membres conservateurs et néo-démocrates de ce comité allèguent que le gouvernement est intervenu dans l’attribution d’un contrat à un chantier naval et qu’il a souillé la réputation de l’ex-numéro 2 des Forces armées canadiennes.

L’ancien patron de la Marine royale canadienne, suspendu en janvier 2017, était accusé d’avoir révélé des informations confidentielles au chantier Davie de Lévis concernant le projet de conversion d’un navire-porte-conteneurs en navire ravitailleur, l’Astérix, mais la Couronne a décidé d’abandonner la poursuite mercredi dernier.

Les quatre députés de l’opposition de ce comité veulent convoquer le premier ministre Justin Trudeau; plusieurs ministres ou ex-ministres; le chef d’État-Major de la Défense, le général Jonathan Vance; ainsi que Mark Norman.

Il serait par contre surprenant que cette demande aille de l’avant puisque les libéraux sont en majorité dans ce comité.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Les députés conservateurs et néo-démocrates du comité des Communes sur la défense ont affirmé que le premier ministre Justin Trudeau a entaché le processus judiciaire en affirmant que l’enquête de la Gendarmerie royale du Canada allait déboucher sur des accusations. Cela voulait donc dire, selon eux, que le cabinet avait, de manière inappropriée, accès à des informations au sujet d’un processus judiciaire indépendant, a rapporté le Globe and Mail dimanche.

Contrat de 700 M$

La Davie avait obtenu le contrat d’une valeur d’abord estimée à 700 M$ sous l’ex-gouvernement de Stephen Harper, en 2015. Le gouvernement Trudeau a ensuite revu son octroi après une plainte d’une entreprise concurrente, Irving, sans toutefois l’annuler.

Le chantier naval de Lévis avait finalement obtenu le contrat de conversion de l’Astérix pour un peu plus de 600 M$.

La décision de suspendre l’accusation contre le vice-amiral Mark Norman est survenue mercredi, à environ cinq mois des élections fédérales. Certains députés des partis d’opposition, sur la colline Parlementaire, ont ainsi laissé entendre que le gouvernement Trudeau est intervenu pour éviter un procès qui aurait pu le mettre dans l’embarras.

La procureure qui a annoncé la décision du Service des poursuites pénales du Canada, mercredi dernier, avait précisé qu’«aucune forme d’ingérence que ce soit» n’a été exercée dans ce dossier.

Se disant «soulagé» d’être exonéré, M. Norman a promis de raconter son histoire aux Canadiens dans les jours à venir, ajoutant qu’il s’attendait à réintégrer «immédiatement» ses fonctions à la tête de la Marine royale canadienne.

Le chef d’État-Major de la défense, le général Jonathan Vance, avait indiqué par communiqué qu’il discuterait «dès que possible» du retour en poste de M. Norman.