/news/society
Navigation

Ce couvent pourrait être à vous pour 2,5 millions de dollars

Le propriétaire ne veut pas que ce bâtiment soit transformé en condos

Couvent Saint-Ours
Photo courtoisie, IG Vitalii Golubiev

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-OURS | L’un des derniers couvents du Québec à avoir conservé son authenticité est à vendre, et son propriétaire souhaite ardemment qu’il ne soit pas transformé en condos. 

Le Couvent Saint-Ours, situé dans la ville du même nom, en Montérégie, a été mis en vente pour la modique somme de 2,5 millions $. 

Il a été immortalisé grâce à des films qui y ont été tournés, dont La passion d’Augustine, de Léa Pool, et tout récemment, Vinland, de Benoît Pilon. 

Amoureux du patrimoine québécois, Marc Vaillancourt a fait l’acquisition de ce bâtiment en 2004. Le vétérinaire de Westmount l’avait acheté pour qu’il ne soit pas démoli et reconstruit, comme le lui avait suggéré un entrepreneur en construction qui voulait faire un coup d’argent. 

«Je trouvais qu’on détruisait trop de nos monuments architecturaux. Au Québec, c’est tout ce qu’on a. On n’a pas des châteaux ni de cathédrales comme Notre-Dame de Paris», se désole-t-il. 

La chapelle du couvent peut servir notamment à des concerts privés.
Photo courtoisie, IG Vitalii Golubiev
La chapelle du couvent peut servir notamment à des concerts privés.

«Bonnes vibrations» 

Le propriétaire adore les «bonnes vibrations» de cet ancien établissement d’enseignement des sœurs de la Présentation de Marie, qui sont parties en 1997. 

«Ça sent encore l’odeur des cierges et la cire des planchers de bois», s’exclame M. Vaillancourt. 

Lorsqu’il passe des nuits sur place, il a l’impression de dormir dans une sépulture tellement l’endroit est paisible. 

Le Couvent Saint-Ours, qui comprend quatre étages d’environ 6000 pieds carrés chacun, ne détient aucune reconnaissance patrimoniale officielle, mais il est l’un des rares couvents québécois à ne pas avoir subi de transformations majeures. 

Selon Hélène Jackson, bénévole aux Mémoires de Saint-Ours, il représente une valeur affective pour les citoyens et il fait partie du circuit patrimonial de la région. 

«C’est vraiment un beau couvent de campagne», estime aussi l’historien Paul Racine. 

Sa signature vient de l’architecte Louis-Zéphirin Gauthier, qui a conçu les plans du couvent avant sa reconstruction, à la suite d’un incendie, en 1897. Celui-ci a également dessiné les plans de plusieurs églises, dont celle de Saint-Viateur à Outremont ainsi que ceux de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec de l’avenue Viger, à Montréal. 

Cette salle de réception de style  champêtre a été aménagée pour recevoir des petits groupes.
Photo courtoisie, IG Vitalii Golubiev
Cette salle de réception de style champêtre a été aménagée pour recevoir des petits groupes.

Rivière Richelieu 

Le Couvent Saint-Ours est érigé sur un terrain de 73 000 pieds carrés au bord la rivière Richelieu, à environ 20 minutes à l’ouest de Sorel-Tracy. 

«On a 200 pieds de rive. Un amateur de bateau peut aller à Québec, Montréal, en Gaspésie, aux Îles-de-la-Madeleine et même aux États-Unis, par le lac Champlain», fait valoir M. Vaillancourt. 

Pour tenter de rentabiliser cet investissement, M. Vaillancourt loue l’endroit pour des rassemblements familiaux et il souhaite que cette mission festive se poursuive.