/opinion/columnists
Navigation

La laïcité: une trajectoire de deux siècles de combat

Periode des questions
Photo Agence QMI, Simon Clark François Legault

Coup d'oeil sur cet article

Dans le débat qui nous anime autour de la laïcité, bon nombre de ses opposants, notamment les Canadiens anglais sont prompts, en bons donneurs de leçons, à diaboliser le Québec.

Ils poussent la hargne jusqu’à accuser le gouvernement de racisme, ignorant que le Québec vient de loin dans cette longue marche de séparation de l’Église et de l’État.

En effet, les anglo-protestants n’ont pas vécu les mêmes traumatismes et les mêmes tensions sociales et politiques sous le joug d’une Église ultramontaine et vaticaniste.

Un héritage libéral

Or, c’est de là que vient le Québec. Le débat sur la laïcité n’a pas commencé avec la commission Bouchard-Taylor, il y a dix ans. Il a donné lieu à un combat féroce pour la séparation de l’Église et de l’État, depuis le 19e siècle.

Cette lutte ne s’est pas faite par une majorité contre des minorités, mais par des Canadiens français catholiques qui aspiraient à propulser le Québec vers la démocratie et une Église catholique ultraconservatrice, qui contrôlait tous les leviers de pouvoir et s’accrochait à ses privilèges.

La férocité de ces conflits était telle que le Vatican a dû intervenir, à la fin du 19e siècle, pour faire cesser ce qu’on avait appelé la « guerre de religion au Canada. »

Parmi les précurseurs de ce combat pour la laïcité, 200 jeunes libéraux qui avaient fondé, en 1844, l’Institut canadien de Montréal. Fer de lance de ce combat, ils avaient été accusés de subversion pour leurs idées libérales et leur diffusion d’ouvrages immoraux, dont ceux de Voltaire.

Ils n’ont pas tardé à subir les foudres de Mgr Bourget, évêque de Montréal, qui les a excommuniés en 1859 et a précipité ainsi la fermeture de leur institut.

La vengeance de l’épiscopat catholique avait frappé même dans la mort, car à son décès, en 1869, l’ancien vice-président de l’organisme, Joseph Ghibord, s’est fait refuser l’inhumation au cimetière Notre-Dame-des-Neiges.

Sa cause sera portée par sa veuve devant les tribunaux. L’affaire Ghibord ira jusqu’au Conseil privé de Londres, qui tranchera en sa faveur, en 1874.

Poser le dernier jalon

Ce combat périlleux a également été mené sur le plan politique. Plusieurs candidats libéraux se faisaient massacrer en chaire, par les curés, durant les campagnes électorales.

Félix Gabriel Marchand, premier ministre libéral, ne parviendra pas, malgré sa détermination à faire adopter, en 1898, sa loi pour soustraire l’enseignement à l’emprise de l’Église.

Il a fallu attendre la Révolution tranquille et l’arrivée au pouvoir d’un autre libéral, Paul Gérin-Lajoie, pour créer le ministère d’Éducation du Québec, soixante-six ans plus tard.

Sans oublier le droit de vote des femmes, acquis tardivement après vingt-cinq ans d’âpres luttes des suffragettes.

Jusqu’au milieu des années 1960, les femmes au Québec ne pouvaient pas ouvrir un compte en banque à leur nom ou signer un bail.

C’est Marie-Claire Kirkland, première députée et première femme ministre dans le gouvernement Lesage qui mettra fin à cette tutelle, avec l’adoption de la loi 16 sur la capacité juridique des femmes mariées.

C’est cette page d’histoire qu’il faut faire connaître à ceux qui font le procès du Québec et accusent les tenants de la laïcité de racisme.

La trajectoire historique des Québécois a été marquée au fer rouge par la domination de l’Église. Ils ne souhaitent pas que la religion – la leur ou celle des autres – revienne s’immiscer dans leur vie.

Maintenant que le parti libéral du Québec a tourné le dos à son héritage, c’est au gouvernement de la CAQ de poser le dernier jalon.