/sports/racing
Navigation

Le circuit d’Interlagos tient à son Grand Prix

Coup d'oeil sur cet article

MONTMELÓ | Le président du Brésil, Jair Bolsonaro, a-t-il précipité les choses en annonçant plus tôt cette semaine que la course de F1 dans son pays serait déplacée de Sao Paulo à Rio de Janeiro dès l’an prochain ?

Selon le directeur des opérations commerciales de la F1, Sean Bratches, le Circuit d’Interlagos, où se tient l’épreuve depuis 1990, a un contrat valide pour la saison 2020.

Le promoteur local a d’ailleurs indiqué au quotidien brésilien O Globo qu’il ferait tout en son possible pour maintenir la course à Sao Paulo, malgré la dette énorme accumulée par l’organisation au fil des ans.

Il paraît donc prématuré de confirmer que le Grand Prix du Brésil aura lieu sur un nouveau circuit qui n’a toujours pas été construit.

La piste, selon Bolsonaro, serait érigée dans la zone militaire de Deodoro qui avait été l’hôte en 2016 des épreuves de kayak et d’équitation à l’occasion des Jeux olympiques de Rio.

Un échange Hamilton et... Vettel ?

Des confrères allemands ont rapporté des propos selon lesquels Toto Wolff a déjà discuté avec son pilote vedette Lewis Hamilton d’un départ éventuel vers Ferrari.

Ce que n’a pas nié le patron de l’écurie Mercedes en affirmant reconnaître que c’est le rêve de tous les pilotes de porter un jour les couleurs de la prestigieuse Scuderia.

On s’imagine que Hamilton sera dans la mire des Rouges quand son contrat viendra à échéance à la fin de la saison 2020.

Un échange Hamilton et Sebastian Vettel est-il donc envisageable ?

« Tout est possible, a répondu Wolff. J’ai une très bonne relation avec Sebastian, je lui voue un immense respect et il est Allemand comme notre marque. On verra ce que l’avenir nous réservera. »

Non à diriger la F1

Par ailleurs, Wolff a souri quand un journaliste lui a demandé s’il avait été pressenti pour accéder à la tête de la F1 l’an prochain, comme l’ont prétendu certains sites spécialisés cette semaine à Barcelone.

Le grand manitou de la F1, Chase Carey, a une entente de trois ans qui sera échue à la fin de l’année 2019. L’Américain souhaiterait, semble-t-il, rester en F1, mais y occuper un rôle moins important.

« Diriger le sport ne m’intéresse pas », a dit celui qui détient 30 pour cent des actions dans l’équipe allemande. Ma mission n’est pas terminée. C’est une fausse nouvelle. »