/sports/racing
Navigation

Triathlon: un premier podium pour Alexis Lepage

Alexis Lepage termine en troisième place à Chengdu, en Chine

Alexis Lepage a mérité son premier podium en Coupe du monde dimanche en Chine. « Je suis très content, mais je sais que je dois continuer à travailler fort pour atteindre la plus haute marche », affirme l’athlète du Rouge et Or de l’Université Laval.
Photo d'archives Agence QMI, Dario Ayala Alexis Lepage a mérité son premier podium en Coupe du monde dimanche en Chine. « Je suis très content, mais je sais que je dois continuer à travailler fort pour atteindre la plus haute marche », affirme l’athlète du Rouge et Or de l’Université Laval.

Coup d'oeil sur cet article

La petite planète québécoise du triathlon a ressenti dimanche les secousses d’un séisme dont l’épicentre était situé à Chengdu en Chine, où Alexis Lepage a obtenu le premier podium de sa carrière en Coupe du monde en terminant troisième.

« Quand même ! » fut la première réaction de l’athlète de 25 ans quand on lui a signifié la valeur de son coup d’éclat.

« Ça fait longtemps que je travaille fort pour être sur un podium en Coupe du monde et c’est finalement maintenant que ça arrive. À un an et quelques mois des Jeux olympiques, ça tombe assez bien », a-t-il commenté lorsqu’on l’a joint dans cette ville située à 1900 km au sud-ouest de Pékin.

Un moment à chérir

L’athlète originaire de Gatineau, qui partage son programme d’entraînement entre le Rouge et Or de l’Université Laval et le Centre national de triathlon basé à Victoria, a lutté jusque dans les derniers mètres aux côtés de l’Américain Ben Kanute pour finalement entrer au troisième rang d’une issue départagée par le « photofinish ». Lepage a signé un chrono de 27 min 55 s de l’épreuve dite « super-sprint » remportée par l’Australien Matthew Hauser (27 min 42 s) et qui consistait en 500 mètres de natation, 10 km de vélo et 2,5 km de course à pied.

Il a réalisé cette première pour lui dans une rare formule de cette Coupe du monde disputée sur deux jours. Le Québécois s’était qualifié pour la finale de dimanche après avoir terminé sixième de sa vague de demi-finale de samedi disputée sous la forme d’un sprint, soit 750 m à la nage, 20 km en cyclisme et 5 km de course.

Démonstration pour les JO

Même à l’autre bout du monde et loin des siens, Lepage ne voulait pas brimer son bonheur.

« C’est sûr que j’aimerais mieux que ça arrive à Québec, Montréal ou devant ma famille, mais en même temps, c’est un moment que je dois chérir et apprécier », a-t-il précisé.

Sur le contour d’un lac d’environ 1 km, Lepage a su profiter de sa troisième position parmi les 30 concurrents à sa sortie de l’eau de la finale. Dans le peloton de tête à vélo, son groupe avait pris une dizaine de secondes sur ses poursuivants avant de s’attaquer au parcours à la course. Devancé à la ligne par Kanute, Lepage a tout de même semé le Chilien Felipe Barraza par quatre secondes.

Ce résultat de dimanche encourage le Québécois dans son positionnement pour les Jeux de Tokyo. Outre l’épreuve individuelle en 2020, une compétition mixte à relais, avec deux hommes et deux femmes, est également prévue. Chacun des quatre concurrents devra alors parcourir sensiblement les mêmes distances qui ont conduit Lepage sur le podium dimanche.

« Ça montre à Triathlon Canada que je peux performer sur ces distances-là. C’est donc encourageant pour la fédération, dans son objectif d’avoir une médaille aux Jeux olympiques, de savoir qu’il y a de ses athlètes capables de bien performer dans ces disciplines sur des distances plus courtes », a-t-il exprimé.

Une bouffée d’air frais sur le Québec

Déjà servi par les révélations de belles valeurs féminines sur la scène internationale, le podium d’Alexis Lepage en coupe du monde est accueilli comme une nouvelle bouffée d’air frais sur le triathlon au Québec.

Alexis Lepage est devenu le premier homme québécois à s’adjuger un podium en coupe du monde dans l’ère récente de ce sport étoilé du statut olympique depuis les Jeux de Sydney en 2000. Le Montréalais Andrew MacMartin avait obtenu 10 médailles dans ce réseau d’épreuves, de 1992 à 1995, avec notamment le premier rang au cumulatif en 1992 et le deuxième en 1994.

« Sans rien enlever à Andrew MacMartin, le sport a pris beaucoup de valeur en 20 ans. Il y a plus d’adeptes, plus de pays participants et plus de profondeur dans la qualité des athlètes », précise Francis Sarrasin-Larochelle, entraîneur provincial et responsable des programmes de développement et de performance à Triathlon Québec.

Comme Alex Harvey

La fédération provinciale compte quelque 4700 membres, dont 75 % sont des adultes. Au total, dans la soixantaine de clubs, environ 1000 pratiquants sont âgés de moins de 19 ans.

À 16 mois des Jeux olympiques de Tokyo, la performance de Lepage ravive les espoirs qu’il devienne le premier homme québécois à participer sous les cinq anneaux. Kathy Tremblay (2008 et 2012), Amélie Kretz et Sarah-Anne Brault, toutes deux en 2016, ont déjà vécu l’expérience.

« Son podium pourrait tracer la voie à nos jeunes athlètes en leur montrant que c’est possible pour un Québécois de performer. Si je fais un parallèle avec Alex Harvey en ski de fond, ça fait la démonstration, autant pour ceux qui en font de la pratique récréative que notre relève, qu’il est possible de gravir les échelons », affirme Sarrasin-Larochelle, qui a été l’entraîneur de Lepage en 2010 avant qu’il ne participe aux Jeux du Québec et aux Jeux du Canada.

À Montréal en juin ?

Lepage participera à deux autres coupes du monde durant le prochain mois, soit en Sardaigne, samedi prochain, et au Mexique trois semaines plus tard après un séjour à Québec. Pour la suite, il ne s’en cache pas, il souhaite recevoir une invitation à l’un des neuf rendez-vous de la prestigieuse World Triathlon Series qui s’arrêtera à Montréal, le 29 juin. Croit-il mériter une invitation avec son podium de dimanche ?

« Selon moi, oui, mais je ne veux pas me mettre dans le trouble en disant que j’y serai puisque ce n’est pas moi qui ai le dernier mot, c’est Triathlon Canada. Je préfère rester humble dans tout ça. »