/sports/racing
Navigation

De bout en bout...

Lewis Hamilton orchestre un cinquième doublé consécutif pour Mercedes ; abandon pour Lance Stroll

Le drapeau à damier est agité pour confirmer la victoire de Lewis Hamilton au Grand Prix d’Espagne, dimanche.
Photo AFP Le drapeau à damier est agité pour confirmer la victoire de Lewis Hamilton au Grand Prix d’Espagne, dimanche.

Coup d'oeil sur cet article

MONTMELÓ | Personne ne peut ralentir la domination de l’écurie Mercedes ni même la voiture de sécurité dont l’intervention au Grand Prix d’Espagne dimanche n’a rien changé à la hiérarchie en F1.

Le drapeau à damier est agité pour confirmer la victoire de Lewis Hamilton au Grand Prix d’Espagne, dimanche.
AFP

Lewis Hamilton a remporté une épreuve qu’il a menée de bout en bout devant son coéquipier Valtteri Bottas pour reprendre une place qui lui est très coutumière au championnat, le premier rang.

Le drapeau à damier est agité pour confirmer la victoire de Lewis Hamilton au Grand Prix d’Espagne, dimanche.
AFP

Les Flèches d’Argent réalisent un cinquième doublé consécutif depuis le début de la saison 2019. Max Verstappen a complété le podium à bord de sa Red Bull en tenant tête aux Ferrari (en net retrait) de Sebastian Vettel et Charles Leclerc.

Le drapeau à damier est agité pour confirmer la victoire de Lewis Hamilton au Grand Prix d’Espagne, dimanche.
AFP

Le Québécois Lance Stroll, lui, a mis un terme à une fin de semaine misérable au circuit de Barcelone-Catalogne en étant impliqué dans un accrochage avec Lando Norris au 45e tour, qui le forcera à l’abandon.

Le drapeau à damier est agité pour confirmer la victoire de Lewis Hamilton au Grand Prix d’Espagne, dimanche.
AFP

Le Britannique tentait de ravir la 14e position à Stroll lorsque l’impact est survenu à l’entrée du deuxième virage du tracé espagnol.

« Ce n’est certes pas notre circuit favori, a déclaré Stroll à sa sortie de voiture. On n’a pas été dans le coup. »

Perez à la traîne aussi

L’autre pilote de l’écurie Racing Point, le Mexicain Sergio Pérez, qui tentait d’inscrire des points pour une troisième course de suite, n’a guère fait mieux en terminant son parcours au 15e rang.

Quant à son accident, cause de la sortie de la voiture de sécurité, Stroll a indiqué que son rival s’est pointé beaucoup trop rapidement dans le premier virage après un freinage brusque au bout de la longue ligne droite.

« J’ai négocié la première courbe du circuit et quand je me suis rabattu pour poursuivre ma trajectoire dans la portion suivante, il [Norris] m’a frappé. Il n’y avait plus de place pour que deux monoplaces franchissent ce deuxième virage. »

La séquence vidéo montre effectivement que Norris a été plutôt audacieux dans sa tentative de dépassement. On voit la McLaren se pointer dans le virage vers l’intérieur, alors qu’il n’était pas vraiment à la hauteur de la Racing Point.

On y aperçoit les deux roues gauches de sa voiture complètement à l’extérieur des vibreurs avant le contact.

Les commissaires, après visionnement, ont décidé de ne pas pénaliser les deux pilotes impliqués. Accident de course, ont-ils conclu.

Norris lui, pourtant, n’a pas apprécié les agissements de Stroll : « Il savait que j’étais à l’entrée du virage 1, a insinué le Britannique. Je ne sais pas à quoi il a pensé après ça pour me bloquer la route de cette façon... »

« La base est solide »

Trop endommagés, les deux bolides n’ont pu poursuivre l’épreuve. La monoplace de Stroll s’est immobilisée dans un muret de protection, sans gravité pour lui.

Du reste, Stroll, malgré tout, n’a pas semblé démoralisé de ses résultats décevants en 2019 au sein de l’écurie dirigée par son père Lawrence. Pour la première fois de la saison, le Montréalais n’a pas rallié l’arrivée. Pour la première fois aussi, l’équipe Racing Point n’inscrit aucun point.

« Nous avons apporté quelques évolutions à la voiture ici à Barcelone qui ont amélioré son comportement, a-t-il poursuivi.

« C’est certain qu’il y a encore beaucoup de travail à effectuer, mais la base est solide. Il faut juste faire progresser notre voiture au même rythme que toutes les autres du milieu de peloton avec lesquelles on se bât.»

Mince consolation pour Stroll qui, fidèle à son habitude, a connu un bon départ en gagnant deux positions à l’issue du premier tour pour se hisser au 14e rang.

Stroll avait réalisé le 17e chrono le plus rapide en qualifications, mais la pénalité imposée à Nico Hülkenberg lui a valu la 16e place à l’extinction des feux rouges.

Dès le signal du départ

La course s’est jouée dès le signal du départ quand Hamilton, qui obtient sa 76e victoire en F1, a surpris son coéquipier, détenteur de la position de tête, au premier virage. Il n’a plus été inquiété par la suite.

« Cinq doublés, on ne peut demander mieux, s’est exclamé le Britannique. Je suis tellement fier de faire partie de cette grande organisation. Cette équipe mérite tout le crédit. »

Comme Bottas en Australie, Hamilton, auteur du tour le plus rapide en course, inscrit un point supplémentaire pour porter sa récolte à 112, contre 105 pour le Finlandais, son plus proche poursuivant.

« J’ai senti quelque chose d’étrange avec mon embrayage au départ, une sensation que je n’ai jamais vécue, a expliqué Bottas. C’est à ce moment que j’ai perdu la course. »

Quant à Ferrari, encore à la peine en Espagne, on est à court de solutions.

Et dire que la plupart des analystes avaient prédit que les Rouges allaient enfin freiner en 2019 la domination de Mercedes qui dure depuis des années.

Vettel, pour un, a fait une très mauvaise opération. Non seulement il accuse maintenant 48 points de retard sur Hamilton, mais il a perdu la troisième place au championnat au profit de Verstappen.