/opinion/columnists
Navigation

L’anti-lapin

66th Annual Primetime Emmy Awards - Arrivals
Photo AFP Peter Dinklage.

Coup d'oeil sur cet article

Il mesure quatre pieds cinq pouces, mais lorsqu’on le voit à la télé donner la réplique à des acteurs beaucoup plus grands et beaucoup plus forts que lui, on dirait qu’il en mesure deux fois plus.

Rendu célèbre mondialement par la géniale série Game of Thrones, il est devenu, à force de courage et de travail, l’un des meilleurs acteurs au monde.

Son nom : Peter Dinklage.

L’anti-lapin.

Petits rôles pour petit homme

J’ai le goût de vous parler de cet homme, car, selon moi, il représente l’exact opposé de notre époque.

Atteint d’une maladie rare, l’achondroplasie, Peter Dinklage a cessé de grandir alors qu’il était enfant.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Mais il n’a pas laissé son handicap briser ses rêves. Fasciné par le cinéma, il s’est inscrit à une école d’art dramatique à l’âge de dix ans.

Vous imaginez l’assurance que ça prend pour t’inscrire à une école d’art dramatique à dix ans quand tu es un nain ? Quand tout le monde te regarde — littéralement et métaphoriquement — de haut ?

Qu’importe, ça n’a jamais arrêté Peter Dinklage. Il a toujours continué de croire en lui.

Malheureusement, même si vous excellez dans votre art, les rôles ne pleuvent pas pour les nains.

Au mieux, vous êtes figurant dans un film se déroulant au Moyen Âge (il y a toujours des nains dans les films du Moyen Âge, ça fait partie des clichés du septième art, comme les Allemands qui portent un monocle ou les putes au cœur d’or).

Au pire, vous faites une apparition dans une scène de rêve (car les gens rêvent toujours aux nains si l’on en croit David Lynch).

Prendre sa place

Peter Dinklage s’est-il roulé en boule dans un coin ?

A-t-il demandé qu’on impose des quotas de nains au théâtre et au cinéma ?

A-t-il crié à la discrimination parce qu’aucun metteur en scène ne lui a proposé de jouer Hamlet, Roméo ou James Bond ?

Non.

Il a serré les poings, baissé la tête et foncé dans le tas.

Il ne s’est pas dit : « Je vais exiger qu’on me fasse une place, je vais porter plainte à la Commission des droits de la personne ou à l’Association des acteurs de petite taille. »

Il s’est dit : « Je vais prendre ma place. »

Et il l’a prise.

Aujourd’hui, c’est lui qui regarde les autres comédiens de haut.

C’est lui qui leur fait ombrage.

Quand je regarde Peter Dinklage dans Game of Thrones, je ne vois pas un nain. Je vois un homme viril, fort, solide, impressionnant.

Sexy.

Les pleurnichards

Dans le dernier numéro de sa magnifique revue America, le journaliste François Busnel interviewe l’écrivain américain Bret Easton Ellis, qui vient de publier un essai-choc intitulé White (je vous en ai parlé le 25 avril dernier).

« Les milléniaux sont des pleurnichards, dit l’auteur d’American Psycho. Mon compagnon fait partie de cette génération. Il n’a pas été préparé à affronter les réalités de la vie, à savoir qu’il y a des gens qui ne t’aiment pas (et plus tu auras du succès, plus il y en aura) et que le travail est dur et harassant... »

À tous ces gens, je dis : regardez Peter Dinklage.

Ce gars a des couilles en béton armé.