/finance/business
Navigation

La patience aura payé

Gerry Schwartz
Capture écran : site web Onex

Coup d'oeil sur cet article

Vingt ans après avoir échoué à acquérir puis fusionner Air Canada et Canadian Airlines, Onex a finalement mis la main sur un transporteur aérien : WestJet.

En 1999, Onex a déposé une offre de 2 milliards $ pour Canadian et Air Canada, mais cette dernière s’y opposait farouchement. L’année suivante, Canadian Airlines, à bout de souffle, était absorbée par Air Canada.

Le directeur général de l’Institut sur la gouvernance, Michel Nadeau, a déjà rencontré le fondateur et PDG d’Onex, Gerry Schwartz, alors qu’il était vice-président à la Caisse de dépôt.

« C’est un homme qui sait flairer les bonnes affaires », dit M. Nadeau de M. Schwartz, aujourd’hui âgé de 77 ans.

« Peut-être que M. Schwartz veut faire de WestJet ce que Canadian était autrefois : un concurrent d’Air Canada partout au Canada », avance Michel Nadeau.

Selon Pierre Jeanniot, ancien PDG d’Air Canada et de l’Association internationale du transport aérien (IATA), ce qui intéresse surtout Onex dans WestJet, c’est la possibilité de développer davantage le marché aérien entre l’Amérique du Nord et l’Asie.

31 milliards $ d’actifs

Fondée en 1984, Onex est la plus importante firme d’investissement privé au Canada. Elle gère des actifs de 31 milliards $.

Onex est toutefois assez peu présente au Québec. L’an dernier, elle a acquis l’entreprise montréalaise Walter Technologies pour surfaces. Elle détient aussi Englobe, un important acteur du traitement des sols établi à Québec.

De son côté, la Caisse a investi dans cinq fonds d’Onex.