/24m/city
Navigation

Oui au cannabis dans les parcs, dit Valérie Plante

Oui au cannabis dans les parcs, dit Valérie Plante
JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Coup d'oeil sur cet article

 La mairesse de Montréal, Valérie Plante, salue la volonté du gouvernement Legault de permettre aux Québécois de fumer du cannabis dans des parcs, et invite les arrondissements réfractaires à emboîter le pas. 

 «Je suis très satisfaite de l’ouverture du gouvernement face à un certain assouplissement qui, je le rappelle, était demandé entre autres par Montréal, parce que notre réalité, elle est somme toute très différente, peut-être, d’autres municipalités, d’autres villes», a déclaré Mme Plante. 

 «On sent que le gouvernement était à l’écoute et a fait un compromis en permettant la consommation dans les parcs», a-t-elle poursuivi, précisant que 60% des ménages sont locataires. Les propriétaires peuvent interdire la consommation dans les logements. 

 Initialement, le gouvernement souhaitait prohiber le cannabis dans tous les lieux publics. Si un assouplissement est envisagé, l’interdiction de consommer sera maintenue dans les parcs avec des aires de jeu pour enfants. 

 Mme Plante suggère aussi que les législateurs s’inspirent des règles encadrant la consommation du tabac. 

 «On a toujours prôné une approche axée sur la réduction des méfaits qui est la même approche mise de l’avant par la Direction de la santé publique», a rappelé la mairesse de Montréal. 

 «Si des arrondissements décident d’avoir une réglementation plus coercitive, plus prohibitive, c’est leur droit; mais moi, je les encourage bien sûr à aller dans le même sens que la [Direction de la] santé publique», a-t-elle ajouté. 

 Cinq arrondissements montréalais interdisent la consommation dans des parcs ou lieux publics. «C’est une question de respecter les valeurs et les volontés de la population locale», commente Lionel Perez, chef d’Ensemble Montréal. 

 Saint-Laurent fait partie de ces arrondissements. «On a voulu créer une communauté saine, une communauté en santé, on a voulu donner de bons exemples à nos enfants, on a voulu traiter le cannabis comme la drogue qu'il est. Autant qu’on ne permet l’alcool d’être consommé dans nos parcs ni sur le domaine public, on avait pensé que c’est sage de faire la même chose», a mentionné le maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa. 

  

Écoutez Le bon plant une série balado sur le cannabis qui sort des sentiers battus, au-delà des idées préconçues.