/entertainment/shows
Navigation

Cinq spectacles à voir au Festival TransAmériques

Cinq spectacles à voir au Festival TransAmériques
COURTOISIE NANS BORTUZZO

Coup d'oeil sur cet article

Le Festival TransAmériques (FTA), qui se déroulera du 22 mai au 4 juin à Montréal, fera place cette année au changement et à la dénonciation du statu quo. Voici cinq spectacles de danse, de théâtre et de performances à voir qui s’inscrivent dans cette thématique. 

«Kalakuta Republik» 

 

Cinq spectacles à voir au Festival TransAmériques
COURTOISIE SOPHIA GARCIA

 

Ce spectacle de danse contemporaine rend hommage à Fela Kuti, père de l’afrobeat et porte-voix des pauvres. Il a été créé par le chorégraphe et danseur burkinabé Serge Aimée Coulibaly qui est accompagné de sept danseurs. «C’est un spectacle très dynamique, qui donne une force, une énergie et de l’inspiration pour ceux qui veulent que les choses bougent, a dit le directeur artistique du FTA, Martin Faucher, en entrevue téléphonique. C’est rare des ensembles africains aussi larges. On a été séduit lorsqu’on a vu ce spectacle il y a deux ans à Avignon.» 

Du 23 au 25 mai au Monument-National, salle Ludger-Duvernay. 

«Granma. Trombones de La Havane.» 

 

Cinq spectacles à voir au Festival TransAmériques
COURTOISIE RIMINI PROTOKOLL

 

Pour souligner le 60e anniversaire de la révolution cubaine, quatre petits-enfants de révolutionnaires sont réunis sur scène afin de raconter le parcours de leurs grands-parents. Ils relatent également ce qu’est pour eux la société cubaine et la révolution. Réunis par Stefan Kaegi qui s’est fait connaître en Europe dans le théâtre documentaire, ces quatre jeunes ont appris à jouer du trombone ensemble, un genre de parcours solidaire et initiatique pour atteindre une certaine utopie. 

Du 28 au 30 mai au Monument-National, salle Ludger-Duvernay. 

«This Time Will Be Different» 

 

Cinq spectacles à voir au Festival TransAmériques
COURTOISIE ADRIAN MORILLOSOPHIA GARCIA

 

Les artistes Lara Kramer et Émilie Monnet ont créé une installation-performance pour dénoncer la marginalisation des Autochtones, mais aussi pour les voir reprendre leur place, en retrouvant leur culture et leur environnement. Elles partagent ainsi la scène avec des enfants et des aînés. «C’est assez immersif. Les protagonistes font des actions, mais ils ne parlent pas. Des témoignages enregistrés sont diffusés», a précisé Martin Faucher. 

Du 1er au 4 juin au Monument-National, studio Hydro-Québec. 

«Cuckoo» 

 

Cinq spectacles à voir au Festival TransAmériques
COURTOISIE WOLF SILVERI

 

Grâce à trois cuiseurs à riz qui chantent et jouent de la musique, le Coréen Jaha Koo dénonce avec originalité le néolibéralisme et l’obsession de la rentabilité économique dans son pays d’origine. Établi aux Pays-Bas, l’artiste manipule du riz et y va de confidences, seul sur scène, appuyé par des vidéos. Le titre du spectacle fait référence à une marque de cuiseur célèbre en Corée du Sud. 

Du 30 mai au 2 juin à la Cinquième Salle de la Place des Arts. 

«Fear and Greed» 

 

Cinq spectacles à voir au Festival TransAmériques
COURTOISIE NANS BORTUZZO

 

Pour cette première mondiale, le danseur québécois Frédérick Gravel se lance dans un solo. Il est accompagné par deux musiciens. «La lumière est son partenaire de jeu, a expliqué le directeur artistique du FTA Martin Faucher. C’est sur la solitude, son rapport avec le monde.» Même s’il se considère comme engagé, Frédérick Gravel ne voit pas la scène comme un lieu pour dénoncer ou expliquer, mais pour dresser un constat ou présenter un symptôme. 

Du 1er au 4 juin à l’Usine C.