/news/politics
Navigation

Le gouvernement Legault nuance les nouvelles règles

Le premier ministre du Québec, François Legault
Photo Simon Clark Le premier ministre du Québec, François Legault

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir dit le contraire, le gouvernement Legault rectifie le tir et permettra aux députés de continuer à se servir de leur budget discrétionnaire pour appuyer financièrement les activités locales de la fête du Canada.

Notre Bureau parlementaire a révélé mercredi que la CAQ a décidé de resserrer les règles du Programme de soutien à l’action bénévole (SAB) qui permet aux parlementaires de saupoudrer près de 100 000 $ par an en subventions dans leur circonscription.

Dorénavant, un projet « faisant la promotion du Canada » n’est plus admissible, même chose pour un projet « faisant la promotion de la séparation du Québec ». Le cabinet de la ministre Isabelle Charest avait précisé au Journal que les députés pourraient utiliser cette enveloppe pour appuyer financièrement la tenue d’activités pour la fête nationale du Québec, mais pas pour la fête du Canada.

Selon François Legault, les députés québécois n’ont pas à subventionner des activités qui font la promotion de leur pays.

« Je ne pense pas que ce soit au gouvernement du Québec de financer des activités pour faire la promotion du fédéralisme et du Canada, a affirmé François Legault. Ce qu’on ne veut pas, c’est financer des activités pour faire la promotion du fédéralisme, ou la promotion du Canada contre la souveraineté du Québec. »

Legault recule

Le premier ministre a toutefois nuancé les nouvelles règles établies par sa ministre déléguée à l’Éducation. « On peut subventionner les fêtes de quartier lors de la fête du Canada », a-t-il insisté.

Isabelle Charest a elle aussi corrigé le tir. « Ce qui fait la promotion du Canada ne peut pas être financé, des fêtes municipales, des fêtes régionales peuvent être financées », a convenu la ministre.

Elle ne voit aucun problème à ce que les parlementaires subventionnent les festivités régionales entourant la fête nationale du Québec, généralement organisées par la très souverainiste Société Saint-Jean-Baptiste.

« La fête nationale fait la promotion du Québec, et je pense que c’est la mission du gouvernement du Québec de faire la promotion du Québec », a-t-elle dit.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Incohérence

Pour Québec solidaire, les nouvelles règles édictées par la CAQ sont incohérentes puisqu’elles ne ciblent que l’indépendance et le fédéralisme.

« On nous dit : ne faites pas la promotion de l’indépendance, mais vous pouvez faire la promotion de plein d’autres causes politiques. Il faut des balises claires ! » a réclamé le solidaire Gabriel Nadeau-Dubois.

Le chef intérimaire péquiste a promis que ses troupes se conformeront aux règles. Pascal Bérubé s’interroge toutefois sur les termes utilisés par le gouvernement Legault, notamment lorsqu’il est question de la « séparation du Québec ». « C’est un terme qu’on entendait beaucoup de Jean Chrétien ! » a-t-il lancé aux journalistes.