/sports/golf
Navigation

La brute contre la bête

Le champion en titre Brooks Koepka ne compte pas céder son trophée en affrontant le Black Course de Bethpage

Le puissant cogneur Brooks Koepka aime ses chances de conserver son titre acquis l’an dernier au club Bellerive.
Photo AFP Le puissant cogneur Brooks Koepka aime ses chances de conserver son titre acquis l’an dernier au club Bellerive.

Coup d'oeil sur cet article

FARMINGDALE, N.Y. | Brooks Koepka est taillé sur mesure pour le défi extrême se dressant devant lui dès ce matin au Championnat de la PGA. Le champion en titre ne craint pas la redoutable bête s’étalant au cœur des collines de Long Island, à New York. Loin de là.

Reconnue pour son imposante stature, sa puissance et sa férocité, la « brute » américaine y livrera un furieux combat de 72 trous. Jetons dans le ring du Black Course de Bethpage les Tiger Woods, Dustin Johnson, Rory McIlroy et cie, ce sera explosif.

Mais si l’un d’entre eux reluque le trophée Wanamaker, il n’aura pas qu’à dompter la bête de 7459 verges, l’une des plus difficiles au monde, il aura à envoyer au tapis le champion en titre.

« J’ai le trophée, quelqu’un doit venir me le ravir. La dernière fois que j’ai joué dans ce tournoi, c’est moi qui ai gagné à ce que je sache, a lancé Koepka sérieusement lorsque questionné sur ses grands rivaux cette semaine. Je sens que je joue très bien, j’aime mes chances.

« Si j’accomplis ce que je dois faire, je serai difficile à battre, a ensuite souligné celui qui compte sept top 15 en tournois du Grand Chelem depuis le Masters 2017, remportant au passage trois titres majeurs. On ne sait jamais ce qui peut arriver. Mais il faut s’élancer et jouer quatre bonnes rondes. Nous verrons donc ce qui arrivera sur la ligne de départ jeudi (aujourd’hui). »

Similitudes

La dernière fois qu’il a défendu un titre, l’Américain de 29 ans l’a fait avec succès. C’était à l’Omnium des États-Unis, l’an dernier à Shinnecock Hills, à une centaine de kilomètres à l’est de Long Island.

Comme le Black Course a déjà reçu l’Omnium américain à deux reprises, en 2002 et 2009, il présente à merveille les spécificités recherchées par l’Association de golf des États-Unis (USGA) : des allées étroites, de l’herbe haute épaisse, des verts rapides et un quotient de difficulté énorme.

Comme une composition musicale

Les dirigeants de la PGA d’Amérique n’ont pas dénaturé cette bête municipale. Koepka n’est donc pas intimidé outre mesure par la configuration du parcours.

« Les ajustements sont très similaires entre la USGA et la PGA. Ils sont parfaits. Selon moi, le score du meneur tournera autour de l’égalité à la normale. Peut-être qu’il réussira à y retrancher quelques coups selon les conditions, le froid et la pluie », a estimé celui qui affiche un score moyen de 69,1 coups à ses 24 rondes réalisées au Championnat de la PGA.

Certains prétendent que le Black Course s’apparente à une composition musicale. Il démarre en douceur avant de prendre en intensité et terminer sur un intense crescendo.

Les meilleures chances d’oiselet sont réunies sur les quatre premiers trous. Par la suite, les golfeurs doivent éviter les erreurs, prendre des décisions réfléchies et s’accrocher puisque les enchaînements de longues normales 4 ne laissent aucun répit. Les trois premiers trous du retour sont le cœur du monstre qui achève ensuite les golfeurs du 15e au 18e fanion.

Les deux normales 5 de 517 et de 608 verges représentent des occasions en or pour racheter une gaffe ou distancer ses concurrents.

Distance interminable

Sur ce long parcours de 7459 verges comptant trois normales 4 de plus de 500 verges, les plus puissants seront récompensés s’ils frappent avec précision. L’herbe haute de 3,5 pouces ne pardonne pas. En sortir avec brio relève pratiquement du miracle.

« C’est un long parcours, même très long, a signalé Koepka, comme Francesco Molinari et plusieurs autres golfeurs. Il mesure près de 7500 verges. En prime, il est détrempé avec la pluie reçue cette semaine. Ce qui l’amène à environ 7700 verges en réalité. Il faut être précis. Si on ne trouve pas l’allée, on est réellement dans le trouble.

« Il faudra attaquer les normales 5, c’est aussi simple que ça, soutient le champion en titre. Avec ma puissance, j’ai cet avantage. C’est un terrain très difficile. Les occasions d’oiselet sont peu nombreuses. Quand on a la chance de les saisir, il faut le faire, car il n’y a pas plusieurs trous où l’on se présente sur le tertre en se disant que ce sera facile. Il faut s’accrocher. »

En 2002, Tiger Woods avait été le seul à jouer sous la normale, alors qu’ils étaient cinq golfeurs dans le rouge en 2009.

La bête couronnera celui qui aura réussi à tenir le coup dans une intense épreuve tant psychologique que physique.


101e Championnat de la PGA d’Amérique

  • Terrain : Black Course de Bethpage
  • Lieu : Farmingdale, New York
  • Architecte : A.W. Tillinghast (1936), rénové par Rees Jones (1997)
  • Champion en titre : Brooks Koepka
  • Bourse totale : 11 M$ 
  • Normale : 70 
  • 7459 verges

Plus de rondes au-dessus de la normale : 492 rondes en 1960 au Firestone C.C.

Champion avec la plus importante avance : Rory McIlroy en 2012 avec huit coups à Kiawah Island

Pointage le plus élevé d’un champion : 287 coups (+1) par Larry Nelson en 1987

Couperet le plus élevé : +14 en 1958

8 h 24 Tiger Woods, Brooks Koepka, Francesco Molinari

500$ : Somme remise au champion James M. Barnes en 1916. Cinquante ans plus tard, Al Geiberger empochait 25 000 $ en l’emportant au Firestone C.C. Cette année, le vainqueur recevra un chèque de 1,98 M$.

80 : Nombre de tournois majeurs consécutifs auxquels Sergio Garcia, l’homme de fer toujours actif, a participé depuis l’Omnium britannique en 1999. Il n’en a remporté qu’un seul : le Tournoi des Maîtres en 2017.

6 joueurs à surveiller

Dustin Johnson

Le puissant cogneur Brooks Koepka aime ses chances de conserver son titre acquis l’an dernier au club Bellerive.
Photo AFP
  • Distance moy. des coups de départ 2019 : 305,4 verges (25e)
  • Précision des coups de départ 2019 : 55,3% (194e)
  • Nombre de rondes jouées au Championnat de la PGA : 32
  • Score relatif à la normale : -9
  • Top 10 : 4
  • Meilleur résultat : 5e (2010)

Rory McIlroy

Le puissant cogneur Brooks Koepka aime ses chances de conserver son titre acquis l’an dernier au club Bellerive.
Photo AFP
  • Distance moy. des coups de départ 2019 : 314 verges (2e)
  • Précision des coups de départ 2019: 59,1% (153e)
  • Nombre de rondes jouées au Championnat de la PGA : 38
  • Score relatif à la normale : -41
  • Top 10 : 5
  • Meilleur résultat : Champion (2012, 2014)

Brooks Koepka

Le puissant cogneur Brooks Koepka aime ses chances de conserver son titre acquis l’an dernier au club Bellerive.
Photo AFP
  • Distance moy. des coups de départ 2019 : 308,1 verges (14e)
  • Précision des coups de départ 2019: 62,9% (88e)
  • Nombre de rondes jouées au Championnat de la PGA : 24
  • Score relatif à la normale : -36
  • Top 10 : 3
  • Meilleur résultat : Champion (2018)

Rickie Fowler

Le puissant cogneur Brooks Koepka aime ses chances de conserver son titre acquis l’an dernier au club Bellerive.
Photo AFP
  • Distance moy. des coups de départ 2019: 304,2 verges (30e)
  • Précision des coups de départ 2019 : 61,7% (106e)
  • Nombre de rondes jouées au Championnat de la PGA : 34
  • Score relatif à la normale : -16
  • Top 10 : 2
  • Meilleur résultat : 3e (2014)

Tiger Woods

Le puissant cogneur Brooks Koepka aime ses chances de conserver son titre acquis l’an dernier au club Bellerive.
Photo AFP
  • Distance moy. des coups de départ 2019: 299,6 verges (52e)
  • Précision des coups de départ 2019 : 64,6% (70e)
  • Nombre de rondes jouées au Championnat de la PGA : 70
  • Score relatif à la normale : -51
  • Top 10 : 9
  • Meilleur résultat : Champion (1999, 2000, 2006, 2007)

Xander Schauffele

Le puissant cogneur Brooks Koepka aime ses chances de conserver son titre acquis l’an dernier au club Bellerive.
Photo AFP
  • Distance moy. des coups de départ 2019: 304 verges (33e)
  • Précision des coups de départ 2019 : 59,3% (148e)
  • Nombre de rondes jouées au Championnat de la PGA : 6
  • Score relatif à la normale : +9
  • Top 10 : 0
  • Meilleur résultat : 35e (2018)

Dans le calepin...

  • Max Homa a remporté le traditionnel concours de coup de départ en marge du tournoi. En claquant sa balle à 318 verges. Le capitaine de l’équipe européenne à la Coupe Ryder, Padraig Harrington, a bien fait rire la galerie en s’élançant à la manière de Happy Gilmore, célèbre personnage de cinéma incarné par Adam Sandler en 1996.
  • Les stratégies seront nombreuses sur le Black Course. Les golfeurs optent pour des bâtons qu’on voit plutôt rarement chez les hommes puisque le parcours est long et mouillé. Ainsi, le Canadien Corey Conners a opté pour un bois 7, un outil utile dans l’herbe haute. Sur plusieurs normales 4, des gros canons doivent frapper des bois d’allée au second coup.
  • Pour les citoyens de l’État de New York, une ronde sur le Black Course du complexe Bethpage coûte 65 $. Pour la poignée de visiteurs admis très tôt le matin, la somme dépasse 130 $. Il faut être prêt à dormir dans la voiture pour titiller la balle dans les parages.
  • Le record de parcours du Black Course appartient au pro du Country Club Metropolis Craig Thomas. Il a signé une carte de 64 (-7 alors que la normale était fixée à 71), lors de l’Omnium de New York en 2007.