/auto/news
Navigation

Les Canadiens champions de la pollution automobile

Pipe exhaust car smoke emission
olando - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Dans un palmarès classant les pays en fonction de la consommation d’essence et de l’émission de dioxyde de carbone de ses véhicules, le Canada se retrouve au sommet.

 

À LIRE AUSSI: Les manifestants écologistes encerclent l’assemblée générale de Volkswagen  

À LIRE AUSSI: La pollution d’un VÉ équivaut à 1,4 litre aux 100 kilomètres au Canada  

 

Dans cette liste dressée par l’Agence internationale de l’énergie, notre pays se classe devant les États-Unis, les Philippines, la Russie et le Chili. Le média The Conversation a analysé la situation qui n’a rien pour nous rendre fiers.  

Si le niveau de pollution générée par l’automobile est si important, c’est parce que les Canadiens sont nombreux à acheter des camionnettes et des véhicules utilitaires sport (VUS) de grand format. Derrière les États-Unis, le Canada se range au deuxième rang du classement mondial des véhicules les plus pesants.  

Certes, on pourrait être tenté d’expliquer cette réalité par la vaste étendue du territoire canadien. En revanche, Statistique Canada nous apprend que 80% de la population vit en milieu urbain ou en banlieue.  

La faute au climat?

Il n’est pas rare que l’argument de la rigueur du climat canadien soit avancé pour justifier l’achat de VUS de grand format. En revanche, lorsqu’on jette un œil du côté des pays scandinaves, on constate que ce type de véhicule ne fait pas autant partie du paysage automobile que le nôtre.  

Si le Canada trône au sommet de ce classement des véhicules les plus polluants, c’est aussi parce que le prix du litre de carburant est relativement peu cher. À cet effet, on observe que la consommation moyenne de carburant tend à baisser plus le litre d’essence est cher.  

C’est pour cette raison que dans certains pays européens comme le Portugal, le Danemark et l’Italie, où le carburant est dispendieux, la consommation en litres par 100 kilomètres est également basse. À l’inverse, on observe que dans des pays où l’essence est abordable comme la Russie, les États-Unis et le Canada, la consommation en litre par 100 kilomètres est beaucoup plus élevée.  

Reste à voir si l’entrée en vigueur, le 1er mai dernier, du rabais fédéral de 5000$ à l’achat d’un véhicule électrique pourra changer la donne à long terme.

Brèves

 

 

 

Le Guide de l'auto, c'est la référence #1 en matière d'automobile au Québec depuis plus de 50 ans.

Pour tout savoir sur le monde de l'automobile, rendez-vous sur notre site web.

Vous pouvez nous suivre sur Facebook et Instagram et Twitter

Pour ne rien manquer des dernières nouvelles, vous pouvez aussi vous abonner à notre infolettre.