/sports/hockey
Navigation

Patrick Kane devient le meilleur pointeur de l’histoire des États-Unis

Patrick Kane devient le meilleur pointeur de l’histoire des États-Unis
AFP

Coup d'oeil sur cet article

En amassant un but et deux mentions d’aide dans un gain de 6 à 3 des États-Unis sur la Grande-Bretagne, mercredi en Slovaquie, Patrick Kane est devenu le meilleur pointeur de l’histoire de sa nation lors des Championnats du monde de hockey.

L’athlète de 30 ans a maintenant récolté 36 points, soit trois de plus que l’ancien détenteur du record, Mark Johnson.

«C’est spécial quand tu penses à tous les incroyables joueurs américains, a indiqué Kane au réseau ESPN. J’apprécie vraiment ce tournoi. C’est ma troisième fois [en Championnat du monde]. Ce serait vraiment bien de l’emporter. Les accomplissements personnels et les éloges sont très bien aussi.»

 

Patrick Kane devient le meilleur pointeur de l’histoire des États-Unis
AFP

 

Dans l’affrontement contre la Grande-Bretagne, Kane a amorcé sa productive journée en fournissant une passe décisive sur la réussite de James van Riemsdyk en première période. Il a ensuite alimenté son coéquipier chez les Blackhawks de Chicago Alex DeBrincat au deuxième vingt, avant de toucher la cible lui-même dans l’engagement final.

Kane a ainsi amassé deux buts et quatre mentions d’aide depuis le début du tournoi international. Clayton Keller, Chris Kreider et Derek Ryan ont également trouvé le fond du filet pour les vainqueurs. Mike Hammond, Brett Perlini et Ben Davies ont assuré la réplique de la Grande-Bretagne.

Tatar se distingue dans une défaite

 

Patrick Kane devient le meilleur pointeur de l’histoire des États-Unis
AFP

 

Dans un autre affrontement disputé mercredi, le joueur du Canadien de Montréal Tomas Tatar a fourni deux passes décisives dans une défaite crève-cœur de 3 à 2 de la Slovaquie contre l’Allemagne. Ce revers pourrait venir hanter les Slovaques qui rêvent de participer à la phase éliminatoire devant leurs partisans.

Or, Leon Draisaitl a touché la cible alors qu’il restait moins de 30 secondes à faire au match, ce qui a permis à la formation allemande de rester invaincue en quatre parties.