/news/politics
Navigation

Scheer accuse Trudeau d’hypocrisie avec sa motion pour déclarer l’urgence climatique

Quebec
/JOURNAL DE QUEBEC

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le chef conservateur, Andrew Scheer, a tiré à boulets rouges sur le gouvernement Trudeau et sa motion visant à déclarer l’urgence climatique, mercredi, accusant le premier ministre de faire preuve d’hypocrisie.

«Il a voyagé entre la Floride et Ottawa quatre fois en trois jours. Ce ne sont pas les actions de quelqu’un qui pense que les changements climatiques représentent une situation urgente», a dit M. Scheer en mêlée de presse.

La ministre de l’Environnement, Catherine McKenna, a déposé une motion cette semaine pour que les Communes déclarent l’urgence d’agir contre les changements climatiques.

La motion, qui sera débattue en Chambre jeudi, vise à accroître la pression sur Andrew Scheer. Le chef conservateur n’a pas encore annoncé le très attendu plan de son parti en matière environnementale.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

La motion libérale soutient que le Canada doit atteindre à tout prix ses cibles de réduction d’émissions de gaz à effet de serre (GES), fixées en vertu de l’Accord de Paris, pour limiter le réchauffement planétaire sous la barre des 2 degrés Celcius.

M. Scheer voit dans cette motion un «geste symbolique» qui exaspère les Canadiens parce qu’elle manque de concret.

«Nous sommes dans les derniers jours d’un scandale libéral et ils utilisent du temps précieux en Chambre pour un geste symbolique plutôt que d’entreprendre de véritables actions», a pesté M. Scheer, mercredi.

Il a indiqué que les conservateurs voteraient contre cette motion si elle n’est pas amendée.

«Les conservateurs reconnaissent absolument que les changements climatiques se produisent et que l’activité humaine a un impact sur ceux-ci», s’est-il empressé d’ajouter. «Le Canada a un devoir de réduire nos émissions de CO2, mais aussi de travailler dans un contexte plus global.»