/news/health
Navigation

Bactérie meurtrière après l’accouchement: «j’avais fait mes adieux à ma mère»

Coup d'oeil sur cet article

Chrissy Leduc, une jeune maman de 26 ans qui venait d’accoucher s'est retrouvée aux soins intensifs plus tôt cette semaine, ses proches estimant qu'elle avait contracté une bactérie. Une autre jeune mère qui a vu la mort de près est venue se confier à Denis Lévesque. 

C’est le 23 décembre dernier que le cauchemar de Carolane Michaud a débuté, juste après avoir mis au monde sa deuxième fille sans embûche.  

Toutefois, quelques heures après l’accouchement, une douleur «incroyable» l’a frappée très rapidement. «Je voulais mourir, tout simplement», a raconté la jeune femme.  

Elle avait contracté une bactérie de type streptocoque A invasif, la même qui aurait frappé Chrissy Leduc. 

«La panique totale»

Vomissant de douleur et incapable de marcher sans perdre connaissance, l’état de santé de la jeune femme a ensuite continué de se détériorer.  

«Ça lui prenait tout son petit change pour se lever», explique son conjoint Dany Viau, ajoutant que la gynécologue avait retiré trois litres de pus de son ventre pendant une hystérectomie d’urgence. 

La bactérie s’est attaquée à son utérus, mais s’est aussi retrouvée dans son sang causant un choc septique, entraînant des problèmes dans plusieurs organes et causant de graves ennuis dans ses membres. 

«C’était la panique totale», avoue Dany Viau. 

Carolanne Michaud s’est réveillée presque une semaine plus tard, le 31 décembre. Elle a alors pris conscience de l’ampleur de ce qui l’avait affecté. 

«Avant d’aller en salle d’opération, j’ai appelé ma mère pour lui faire mes adieux [...] Je croyais vraiment être en train de mourir.»  

«Aucune jeune maman ne devrait vivre ça» 

La jeune femme compatit donc énormément avec la situation de Chrissy Leduc et ses proches. 

«Ça m’a beaucoup touché. Je ne croyais pas que c’était des choses qui arrivaient avant de le vivre [...] tu es sensé vivre les plus beaux moments de ta vie puis ça se transforme en cauchemar et en énorme défi.»  

Carolane est d’ailleurs encore suivie de près et doit se rendre à l’hôpital environ trois à cinq jours par semaine, en plus de recevoir des traitements d’ergothérapie.  

«Plusieurs médecins ne comprennent pas pourquoi je suis encore en vie. Une chance que j’étais jeune et en santé», précise-t-elle. 

«Aucune jeune maman et même jeune papa ne devrait vivre ça en 2019», conclut la jeune femme.