/auto/opinion
Navigation

Chevrolet et les sept VUS

Chevrolet et les sept VUS

Coup d'oeil sur cet article

D’ici quelques mois, il faudra faire nos adieux à la Chevrolet Cruze, à l’Impala ainsi qu’à la Volt qui, il y a huit ans à peine, révolutionnait l’industrie de l’auto électrique.

Pourquoi ces disparations? Parce que le marché change. Que la profitabilité des voitures est devenue difficile et que la clientèle transige de façon massive vers les VUS. D’ailleurs, tout porte à croire qu’il se vendra en 2019, environ trois camions/VUS pour une voiture

Vous avez raison, les choses sont bien différentes dans la Belle Province. Les Québécois se procurent encore beaucoup de voitures compactes et achètent beaucoup d’hybrides et d’électriques. Or, une province peut difficilement influencer le marché global d’un produit, surtout lorsque celle-ci fait partie d’un pays qui, dans l’industrie automobile, est considéré comme le 51e État américain. Voilà donc pourquoi Chevrolet abandonne plusieurs de ses automobiles, pour ne se concentrer que sur des produits jugés sans risques.

Bye bye l’hybride...

Oui, Chevrolet abandonne la Volt, affirmant que le mariage du moteur électrique et thermique est une technologie dépassée, qui n’a désormais plus sa place. On misera donc dans les prochaines années sur le lancement de plusieurs modèles 100% électriques, qui débarqueront d’abord chez Cadillac, puis chez Chevrolet. D’ici là, Chevrolet mise sur la Bolt EV pour satisfaire sa clientèle.

Paradoxalement, on annonçait cette semaine l’arrivée d’un septième VUS au sein de la gamme. Un autre utilitaire, très compact, qui viendra se glisser entre le Trax et l’Equinox. Et devinez comment on le baptisera? Eh oui, Trailblazer! Un autre nom sorti du vieux catalogue de Chevrolet. Considérant son format et sa carrure, il aurait à mon sens été plus logique de ramener le nom Tracker. Or, l’appellation Trailblazer n’a jamais cessé d’être utilisée sur certains marchés, notamment en Amérique du Sud, où il a toujours été attribué à des modèles compacts.

De toute manière, les rumeurs veulent également que la prochaine génération du Trax, prévue pour 2021, soit rebaptisée. Et il y a fort à parier qu’à ce moment, on assistera à la renaissance du Tracker. Chose certaine, Chevrolet n’a pas l’intention de se laisser marcher sur le dos. Avec une gamme de sept VUS pour 2020, on pourra rivaliser avec n’importe qui.

Le Trax

 

 

Il a pour compétition la Kia Soul, le Jeep Renegade, le Mazda CX-3 et le Nissan Kicks. Or, le Buick Encore est sans doute le produit qui lui fait le plus mal. Un proche cousin faisait appel aux mêmes éléments mécaniques et structuraux, vendu dans la même concession, mais dont le look est drôlement plus sexy. Un produit honnête, mais avec lequel il faut être prudent au chapitre des options. Ma note : 6/10

Le Trailblazer

 

Il arrivera fort probablement en 2020. Son objectif sera de rivaliser avec les populaires Hyundai Kona, Nissan Qashqai et Subaru Crosstrek. Un peu plus volumineux que le Trax, il proposera aussi un look sportif et agressif, qui le distinguera de la masse. Sera-t-il compétitif? Il est hélas trop tôt pour se prononcer. Or, ce segment est actuellement en nette croissance.

L’Equinox

 

 

Un VUS compact, presque intermédiaire, qu’on apprécie pour son aménagement et son confort. Jusqu’ici, le bilan de fiabilité est intéressant, mais pas sans tâche. Et il est vrai que l’adoption de quatre cylindres turbocompressés ne fait pas l’unanimité. Cela dit, le diesel est clairement le moteur à éviter. Agréable pour son couple, mais là s’arrêtent ses avantages. Ma note : 7/10

Le Blazer

 

 

Le petit dernier. On s’attendait à un authentique 4x4, mais Chevrolet nous sert plutôt un intermédiaire qui vise l’acheteur du Nissan Murano et du Ford Edge. Peu convaincant dans sa version de base, mais très alléchant en version True North ou RS, avec son puissant moteur V6. Peu gourmand, confortable et fardé de gadgets dernier cri, on l’apprécie aussi pour son look. Ma note : 8/10

Le Traverse

 

 

Conçu pour les familles nombreuses. Hyper confortable et extrêmement polyvalent en matière d’aménagement intérieur. Ses rivaux les plus féroces se nomment Honda Pilot, Toyota Highlander et Volkswagen Atlas. Peu gourmand, confortable et agréable à conduire, le Traverse est hélas victime de la réputation de son prédécesseur, qui n’a jamais été à la hauteur. Cette nouvelle génération débarquée depuis deux ans est toutefois nettement plus convaincante. Ma note : 8/10

Le Tahoe

 

 

Un produit qui a connu ses heures de gloire et qui continue de séduire, mais dont la conception est aujourd’hui franchement dépassée. On le favorise pour ses moteurs V8, littéralement indestructibles. Toutefois, l’aménagement intérieur comme la finition et la technologie embarquée ne sont plus de taille face à son principal compétiteur, le Ford Expedition. Ma note : 6/10

Le Suburban

 

 

Un Tahoe version allongée, offrant plus de capacités et de volume. On lui reproche les mêmes points faibles que son « petit » frère. Cependant, puisque la seule véritable compétition se nomme Expedition Max et que ce dernier n’offre pas de moteur V8, plusieurs acheteurs (notamment les services de limousine, soucieux d’une grande fiabilité et durabilité) continuent de le favoriser. Ma note : 7/10

 

Brèves

 

 

 

Le Guide de l'auto, c'est la référence #1 en matière d'automobile au Québec depuis plus de 50 ans.

Pour tout savoir sur le monde de l'automobile, rendez-vous sur notre site web.

Vous pouvez nous suivre sur Facebook et Instagram et Twitter

Pour ne rien manquer des dernières nouvelles, vous pouvez aussi vous abonner à notre infolettre.