/sports/fighting
Navigation

Comme dans un film: Charles «Air» Jourdain fait ses débuts dans l’UFC

Comme dans un film: Charles «Air» Jourdain fait ses débuts dans l’UFC
Photo d’archives, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

 Charles « Air » Jourdain vit d’étranges émotions depuis qu’il a posé le pied à Rochester, ville où il fera ses débuts à l’Ultimate Fighting Championship (UFC).  

• À lire aussi: Une centaine de partisans derrière lui

 « J’ai l’impression de regarder ma vie comme si c’était un film, et c’est moi l’acteur principal, a indiqué Jourdain lors d’une généreuse entrevue téléphonique avec le Journal de Montréal plus tôt cette semaine.  

 Je suis très excité par cette chance et ça me donne une bonne énergie. »  

 Parlant de son combat contre l’Américain Desmond Green, il n’aura pas une tâche facile. Un combat à 155 lb contre un vétéran des arts martiaux mixtes. Par contre, au niveau des habiletés, Jourdain n’a rien à lui envier.  

 « C’est sûr que de remonter dans l’octogone avec un camp de trois semaines n’est pas évident, a indiqué le combattant québécois. Habituellement, un camp est d’au moins huit semaines.  

 Par contre, c’est une belle opportunité. Je vais tout faire pour la saisir. »  

 Fatigue mentale  

 Les derniers mois n’ont pas été de tout repos pour Jourdain. Après sa défaite contre T.J. Laramie en décembre 2017, il a mis les bouchées doubles pour se remettre de cette dure soirée. Jourdain reconnaît qu’une certaine fatigue mentale s’est installée chez lui.  

 « Je n’ai pas encore eu le temps de m’asseoir et de savourer ce qui m’arrive, a indiqué l’athlète de Saint-Hilaire. Je ressens cette pression de toujours devoir en faire plus. J’ai hâte à mes vacances. Je rêve d’une soirée tranquille avec ma copine. »  

 L’aspect psychologique est parfois plus important que le côté physique dans un duel. Une petite erreur et le combat peut se terminer. Jourdain est bien conscient de cette réalité dans l’octogone.  

 « Je me sens super bien et je suis en mode combat, a-t-il affirmé. Je suis prêt pour mon défi. »  

 Jourdain a une façon particulière de se préparer pour ses affrontements. Il se prépare au pire à chaque occasion.  

 Plus gros et plus fort  

 « J’imagine toujours mon adversaire plus gros et plus fort que moi, genre 15 fois pire que la réalité, a expliqué Jourdain. Une fois que le combat est commencé, je me rends compte que mon adversaire est loin d’être aussi gros et puissant.  

 C’est comme la force de frappe d’Alex Morgan à mon avant-dernier combat. Après son premier coup de poing que j’ai bien encaissé, j’ai réalisé que ce n’était rien. Ça me donne une grosse dose d’énergie et ça me permet d’attaquer le combat. »  

 Contre Green, il a fait la même chose. Est-ce que la stratégie le mènera au succès ? On le saura vers 20 h samedi soir.   

 Lors de la pesée officielle, Jourdain et Green ont respecté la limite de 155 lb prévue à leur contrat. Le Québécois a fait osciller la balance à 153,6 lb contre 155,2 pour Green. Cependant, lorsque les deux combattants entreront dans la cage, il est assuré que Jourdain concédera une vingtaine de livres à son adversaire.