/sports/golf
Navigation

L’autre passion de Conners

Le golfeur canadien a découvert la sommellerie à l’université

GLF-MAJ-PGA-SPO-PGA-CHAMPIONSHIP---PREVIEW-DAY-2
Photo AFP L’Ontarien Corey Connors a tout juste réussi à éviter le couperet, totalisant 144 coups lors des deux premières rondes.

Coup d'oeil sur cet article

FARMINGDALE, N.Y. | Corey Conners est trop humble pour déclarer qu’il est un véritable œnologue. En spécialiste, il est toutefois trop rusé pour qu’on lui en passe une petite vite.

Philippe Lapeyrie n’a pas à s’inquiéter pour son emploi de sommelier ! Le golfeur ontarien de 27 ans ne délaissera pas sa carrière. Par contre, il ne refuserait pas d’acquérir plus tard un vignoble dans la région de Napa, en Californie. Sa préférée.

Conners n’était pas habitué à se verser un verre de cabernet-sauvignon plus jeune. Il souffrait d’allergies sévères à certaines boissons, dont divers types de bières. Ce n’est qu’à sa dernière session d’université qu’il a découvert une nouvelle passion. Comme il avait accumulé suffisamment de crédits dans son parcours à Kent State, il a décidé de suivre un cours d’œnologie présentant les grandes régions du monde.

« Chaque cours, on étudiait une nouvelle région. J’ai pu apprendre tout ce que je voulais savoir sur le sujet, comment les apprécier et les savourer », raconte celui qui amorçait sa vingtaine à l’époque.

Trop rusé pour être dupé

Par chance, il ne se rendait pas à son cours en voiture.

« Je marchais même si c’étaient de petites dégustations, réplique-t-il en riant de bon cœur. J’ai pu élargir mes horizons et apprendre des notions qui pourraient être utiles un jour. »

Ça n’a pas tardé puisque lors d’un voyage en Australie, le propriétaire d’un restaurant a tenté de duper son groupe en refilant une bouteille de vin qui n’était pas celle sélectionnée sur le menu.

« J’ai appris certains trucs qu’on peut passer aux clients. Je doutais de la qualité de la bouteille quand j’ai vu le restaurateur sortir les verres en cristal et revenir avec le vin versé dans un décanteur, a-t-il raconté avec amusement. Tout le monde autour de la table avait un petit verre. En goûtant, ils ont tous réagi en disant que c’était un vin fantastique.

« Mais en réalité, c’était le vin maison, a-t-il enchaîné. Tout le monde autour de la table avait été dupé par la présentation.»

En voyageant à travers l’Amérique du Nord et le monde, Conners a pu savourer des vins uniques. Ainsi, avec des amis, il a partagé une vieille bouteille d’Opus One.

« Ce n’est pas moi qui l’ai achetée », s’est-il empressé de préciser alors qu’elle se détaillait à plusieurs centaines de dollars.

« D’ordinaire, je suis plutôt très simple dans mes sélections. Je choisis des vins autour de 20 $ la bouteille. C’est moins cher aux États-Unis qu’au Canada. »

Diplômé en actuariat

Le vainqueur de l’Omnium du Texas en avril n’a pas la prétention d’affirmer qu’il est un expert. Il se contente d’apprécier les moments et ce qu’on lui offre au passage s’il n’en fait pas la sélection. Il partage sa passion avec sa conjointe Malorie.

« Je connais mes goûts préférés. On me donne des conseils et des recommandations. Je ne suis même pas près du niveau de connaissances des experts. Mais ça m’intéresse énormément. »

S’il ne se lance pas dans l’industrie vinicole après sa carrière comme plusieurs golfeurs le font, l’athlète n’est pas en reste. Il est sorti de Kent State avec un diplôme en actuariat. Habile avec les chiffres, les statistiques et les probabilités, il saura bien se débrouiller.

Il s’était dirigé dans cette branche après avoir amorcé son parcours universitaire en biochimie. Les longues périodes en laboratoire amputaient son temps sur les parcours de golf. L’intellectuel avait rapidement renoncé à cette perspective de carrière en orientant ensuite ses études vers les mathématiques.

Pas de doute qu’il a étudié les probabilités de résister au couperet vendredi après-midi alors qu’il est passé de justesse à +4. Et dans une journée stressante, pas de doute qu’il s’est versé un petit verre en soirée.

Dans le calepin...

♦ Bien au fait des clés de la réussite sur le Black Course, Corey Conners a excellé sur les tertres. En première ronde, le Canadien avait atteint 13 des 14 allées et 15 des 18 verts en coups réguliers. Vendredi, il s’est montré moins précis, mais il a tout de même présenté des statistiques convaincantes, demeurant dans le top 10 dans ces colonnes. C’est son jeu court qui a fait défaut. Il n’a rien pu acheter sur les verts même s’il s’est offert de belles occasions d’oiselets. Il en a converti deux.

♦ À +2, Adam Hadwin, qui n’est pas tout à fait confiant avec son fer droit, a admis éprouver des difficultés sur les verts. Jetant rarement un regard sur les tableaux de pointage, il les a observés afin de savoir où se situait le couperet. En calant un important oiselet au 18e, il s’est assuré d’éviter de jouer avec le feu avec le couperet.

♦ Lors des deux premières rondes, la normale 4 de 457 verges du 15e fanion a représenté le trou le plus difficile du Black Course. Les golfeurs y ont réussi uniquement 14 oiselets.

♦ Rory McIlroy a frappé vendredi le plus long coup de départ de la semaine jusqu’à présent. Sa claque de 362 verges au 1er fanion lui a laissé un coup d’approche de 38 verges. Voyant la forte possibilité d’être écarté des rondes du week-end à +7 après 27 trous, le double champion de l’événement a mis la pédale au plancher en réalisant quatre oiselets sur le retour, ce qui lui a permis de résister au couperet.

♦ Par un vendredi ensoleillé, la foule new-yorkaise, reconnue comme étant très bruyante, a envahi le parcours. Chaque jour, 60 000 spectateurs sont attendus. L’alcool coulant à flots, les conneries de tous genres fusent de partout. Phil Mickelson en a essuyé plus d’une. Contrairement à Augusta, les cellulaires sont permis. Malheureusement, l’attention est trop souvent portée vers le petit appareil plutôt que vers le jeu.

Résultats

  • Brooks Koepka 63-65 — 128
  • Adam Scott 71-64 — 135
  • Jordan Spieth 69-66 — 135
  • Daniel Berger 70-66 — 136
  • Dustin Johnson 69-67 — 136
  • Kelly Kraft 71-65 — 136
  • Luke List 68-68 — 136
  • Matt Wallace 69-67 — 136
  • Justin Rose 70-67 — 137
  • Tommy Fleetwood 67-71 — 138
  • Rickie Fowler 69-69 — 138
  • Jazz Janewattananond 70-68 — 138
  • Sung Kang 68-70 — 138
  • Danny Lee 64-74 — 138
  • Hideki Matsuyama 70-68 — 138
  • Louis Oosthuizen 70-68 — 138
  • Harold Varner III 71-67 — 138
  • Erik van Rooyen 70-68 — 138
  • Bronson Burgoon 73-66 — 139
  • Patrick Cantlay 69-70 — 139
  • Charles Howell III 72-67 — 139
  • Mike Lorenzo-Vera 68-71 — 139
  • Scott Piercy 72-67 — 139
  • Chez Reavie 68-71 — 139
  • Xander Schauffele 70-69 — 139
  • Lucas Bjerregaard 71-69 — 140
  • Keegan Bradley 70-70 — 140
  • Matthew Fitzpatrick 75-65 — 140
  • Tyrrell Hatton 71-69 — 140
  • Zach Johnson 71-69 — 140
  • Matt Kuchar 70-70 — 140
  • Phil Mickelson 69-71 — 140
  • Francesco Molinari 72-68 — 140
  • Jimmy Walker 70-70 — 140
  • Gary Woodland 70-70 — 140
  • Paul Casey 70-71 — 141
  • Ross Fisher 74-67 — 141
  • Lucas Glover 72-69 — 141
  • Max Homa 70-71 — 141
  • Beau Hossler 72-69 — 141
  • Marty Jertson 72-69 — 141
  • Pat Perez 68-73 — 141
  • Webb Simpson 72-69 — 141
  • Brandt Snedeker 74-67 — 141
  • Danny Willett 71-70 — 141
  • Aaron Wise 70-71 — 141
  • Sam Burns 70-72 — 142
  • Joel Dahmen 70-72 — 142
  • Adam Hadwin 72-70 — 142
  • Charley Hoffman 73-69 — 142
  • Billy Horschel 70-72 — 142
  • Kurt Kitayama 74-68 — 142
  • Haotong Li 73-69 — 142
  • Graeme McDowell 70-72 — 142
  • Alex Noren 73-69 — 142
  • Henrik Stenson 74-68 — 142
  • Abraham Ancer 73-70 — 143
  • Cameron Champ 72-71 — 143
  • Jason Day 69-74 — 143
  • Tony Finau 70-73 — 143
  • Emiliano Grillo 76-67 — 143
  • Jason Kokrak 73-70 — 143
  • Adam Long 73-70 — 143
  • Rory McIlroy 72-71 — 143
  • Thorbjorn Olesen 73-70 — 143
  • Cameron Smith 73-70 — 143
  • Kevin Tway 73-70 — 143
  • Kiradech Aphibarnrat 76-68 — 144
  • Rich Beem 75-69 — 144
  • Rafa Cabrera Bello 75-69 — 144
  • Corey Conners 72-72 — 144
  • Justin Harding 74-70 — 144
  • Lucas Herbert 74-70 — 144
  • Rob Labritz 75-69 — 144
  • David Lipsky 70-74 — 144
  • Shane Lowry 75-69 — 144
  • Joost Luiten 72-72 — 144
  • Thomas Pieters 74-70 — 144
  • J.T. Poston 77-67 — 144
  • Andrew Putnam 74-70 — 144
  • J.J. Spaun 72-72 — 144
  • Ryan Vermeer 70-74 — 144
  • Ryan Armour 74-71 — 145
  • Dylan Frittelli 77-68 — 145
  • Jim Furyk 73-72 — 145
  • Sergio Garcia 74-71 — 145
  • Tyler Hall 72-73 — 145
  • Sungjae Im 71-74 — 145
  • Martin Kaymer 74-71 — 145
  • Michael Kim 74-71 — 145
  • Patton Kizzire 70-75 — 145
  • Russell Knox 72-73 — 145
  • Keith Mitchell 74-71 — 145
  • Kevin Na 72-73 — 145
  • Adrian Otaegui 73-72 — 145
  • Jon Rahm 70-75 — 145
  • Kyle Stanley 71-74 — 145
  • Steve Stricker 73-72 — 145
  • Julian Suri 72-73 — 145
  • Martin Trainer 75-70 — 145
  • Bubba Watson 76-69 — 145
  • Tiger Woods 72-73 — 145
  • Bryson DeChambeau 72-74 — 146
  • Branden Grace 73-73 — 146
  • Si Woo Kim 69-77 — 146
  • Joaquin Niemann 75-71 — 146
  • Ian Poulter 72-74 — 146
  • Patrick Reed 74-72 — 146
  • Richy Werenski 72-74 — 146
  • Ben Cook 74-73 — 147
  • Shugo Imahira 74-73 — 147
  • Tom Lewis 76-71 — 147
  • Brian Mackey 74-73 — 147
  • Troy Merritt 72-75 — 147
  • Shaun Norris 73-74 — 147
  • Lee Westwood 75-72 — 147
  • Byeong Hun An 74-74 — 148
  • Jason Dufner 76-72 — 148
  • Ryan Fox 78-70 — 148
  • J.B. Holmes 71-77 — 148
  • Mikko Korhonen 74-74 — 148
  • Marc Leishman 74-74 — 148
  • Richard Sterne 75-73 — 148
  • Jason Caron 70-79 — 149
  • Chesson Hadley 72-77 — 149
  • Satoshi Kodaira 73-76 — 149
  • C.T. Pan 78-71 — 149
  • Michael Thompson 77-72 — 149
  • Justin Bertsch 77-73 — 150
  • Jorge Campillo 77-73 — 150
  • Ryan Moore 73-77 — 150
  • Casey Russell 77-73 — 150
  • Rich Berberian, Jr. 76-75 — 151
  • John Daly 75-76 — 151
  • Eddie Pepperell 76-75 — 151
  • Y.E. Yang 76-75 — 151
  • Alex Beach 77-75 — 152
  • Padraig Harrington 75-77 — 152
  • Ryan Palmer 77-75 — 152
  • Brandon Stone 79-73 — 152
  • Craig Bowden 78-75 — 153
  • Kevin Kisner 77-76 — 153
  • Jhonattan Vegas 76-77 — 153
  • Brian Harman 77-77 — 154
  • Shaun Micheel 77-77 — 154
  • Rod Perry 77-77 — 154
  • Danny Balin 78-77 — 155
  • Alexander Bjork 80-75 — 155
  • Brendan Jones 78-77 — 155
  • John T. O’Leary 79-78 — 157
  • Stuart Deane 82-76 — 158
  • Craig Hocknull 82-77 — 159
  • Jeff Schmid 81-78 — 159
  • Cory Schneider 74-85 — 159
  • Andrew Filbert 84-82 — 166