/finance/business
Navigation

Les dirigeants de Transat frappent le gros lot

Avec la vente à Air Canada pour 520 M$, le PDG Jean-Marc Eustache touchera plus de 30 M$

Les dirigeants de Transat frappent le gros lot
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Avec la vente à Air Canada pour 520 M$, le PDG Jean-Marc Eustache touchera plus de 30 M$. La haute direction de Transat touchera le magot si l’entreprise passe aux mains d’Air Canada.

• À lire aussi: Un autre siège social qui s’envole du Québec

Les cinq plus hauts dirigeants et les 12 administrateurs obtiendront plus de 54 M$ en indemnités, bonis et régime de retraite. 

À lui seul, le grand patron de Transat, Jean-Marc Eustache, touchera plus de 30 M$, soit 5,5 M$ en indemnité de départ, auxquels s’ajoutent des actions d’une valeur de 9,4 M$ et une retraite de 15,6 M$. 

 

Les dirigeants de Transat frappent le gros lot
Capture d'écran, TVA Nouvelles

 

Le chef de la direction financière de Transat, Denis Pétrin, empochera pour sa part 4,7 M$, dont une indemnité de départ de 1,3 M$. Avec l’offre d’Air Canada, qui propose de verser 13 $ par action, M. Pétrin touchera également une prime de «changement de contrôle» avoisinant les 1,4 M$. 

 

Les dirigeants de Transat frappent le gros lot
Capture d'écran, TVA Nouvelles

 

Les dirigeants de Transat frappent le gros lot
Capture d'écran, TVA Nouvelles

 

Les dirigeants de Transat frappent le gros lot
Capture d'écran, TVA Nouvelles

 

Les dirigeants de Transat frappent le gros lot
Capture d'écran, TVA Nouvelles

 

 

 

 

Les 12 membres du conseil d’administration de Transat ne sont pas en reste. Au total, ils toucheront 15,3 M$. 

Avec les 45 000 actions qu’il détient, l’administrateur Raymond Bachand empochera plus d’un demi-million de dollars. Philippe Sureau, le cofondateur d’Air Transat, mettra la main sur 4,5 M$ en vendant ses actions à Air Canada. 

 

Les dirigeants de Transat frappent le gros lot
Capture d'écran, TVA Nouvelles

 

Les dirigeants de Transat frappent le gros lot
Capture d'écran, TVA Nouvelles

 

TRÈS DISCUTABLE

«En termes de gouvernance, ces indemnités sont très discutables, a souligné Michel Nadeau, directeur général de l’Institut sur la gouvernance. Il s’agit presque d’un incitatif à vendre une entreprise.» 

Il déplore que les salariés de Transat, eux, ne reçoivent aucune indemnité. 

«C’est carrément injuste pour les centaines d’employés qui risquent de perdre leur emploi si Air Canada devient le nouveau propriétaire», a poursuivi M. Nadeau. 

Les hauts dirigeants de Transat ont-ils été «aveuglés» par l’offre financière d’Air Canada? 

Christophe Hennebelle, vice-président, ressources humaines, a insisté pour dire que le prix n’est pas le seul critère qui a influencé la décision de retenir l’offre d’Air Canada. 

«L’ensemble des éléments et des intérêts des parties prenantes ont été considérés. Pas seulement le prix. L’offre d’Air Canada a paru être la meilleure perspective pour le maintien des activités et des emplois», a-t-il indiqué lors d’un entretien téléphonique.