/news/health
Navigation

Mal trié aux urgences, un homme accouche d’un bébé mort-né

Coup d'oeil sur cet article

 Le triage des patients à l’hôpital devrait être revu, et l'on ne devrait plus nécessairement se baser sur la race ou le sexe d’une personne pour déterminer la gravité de son état. 

 L’attribution d’étiquettes peut avoir des conséquences tragiques, comme l’illustre un cas rapporté mercredi dans le dernier numéro du New England Journal of Medicine

 Le cas inusité est celui d’un homme de 32 ans qui s’est présenté aux urgences d’un hôpital avec de graves douleurs abdominales. L’on n’a dévoilé ni son identité ni le nom de l’hôpital où il a été traité. 

 L’infirmière au triage n’a pas cru bon de classer ce cas comme une urgence de haut niveau, croyant que le patient était simplement obèse. 

 Dans les faits, le patient transgenre était enceinte, et sur le point d’accoucher. Parce qu’il a dû attendre de longues heures avant d’être vu par un médecin, il a accouché d’un bébé mort-né. 

 À son arrivée, le patient a pourtant déclaré à l'infirmière qu'il était transgenre, même si son dossier médical électronique indiquait qu’il était un homme. 

 «Cette classification nous a dissuadés de prendre en compte ses besoins médicaux réels, a déclaré l’auteure principale de l’étude, la Dre Daphna Stroumsa, de l’Université du Michigan. L’important n’est pas ce qui est arrivé à cet individu, mais c’est un exemple de ce qui arrive aux personnes transgenres en interaction avec le système de santé.» 

 Privé d’hormones 

 L’individu n'avait pas eu de menstruations depuis plusieurs années et prenait de la testostérone, une hormone aux effets masculinisants qui peut diminuer l'ovulation et la menstruation. 

 Il a toutefois dû arrêter de prendre des hormones et des hypotenseurs après avoir perdu son assurance médicaments. 

 Son utérus, malgré son changement de genre, était toujours en place. 

 Il a également effectué, à son domicile, un test de grossesse qui s’est avéré positif, et a expliqué à l’infirmière au triage qu’il avait eu l’impression de perdre les eaux. 

 Celle-ci a demandé un test de grossesse, mais l'a considéré comme stable, jugeant que ses problèmes étaient non urgents. 

 Quelques heures plus tard, un médecin l’a évalué et le test de l’hôpital a confirmé sa grossesse. Une échographie a révélé des signes d'activité cardiaque fœtale peu clairs et un examen a révélé qu'une partie du cordon ombilical avait glissé dans le canal génital. 

 Césarienne d’urgence 

 Les médecins se sont préparés à un accouchement par césarienne d'urgence, mais, dans la salle d'opération, l’on n’entendait plus les battements de cœur du fœtus. Quelques instants plus tard, l'homme accouchait d'un bébé mort-né. 

 Une femme se présentant avec des symptômes similaires «aurait presque sûrement fait l'objet d'un tri et d'une évaluation plus urgente des problèmes liés à la grossesse», ont écrit les auteurs. 

 «C’est un incident très bouleversant, c’est une issue tragique», a déclaré la Dre Tamara Wexler, spécialiste au NYU Langone Medical Center, en entrevue avec le Washington Post

 «La formation médicale devrait inclure l'exposition aux patients transgenres» afin que les travailleurs de la santé soient mieux outillés pour répondre à leurs besoins, a ajouté la Dre Wexler. 

 Un spécialiste de la santé transgenre, Nic Rider, croit pour sa part que la formation n’est pas suffisante. 

 «Il existe des biais implicites [envers les transgenres] qui doivent être résolus», a-t-il déclaré. 

 «Horrible, mais pas surprenant» 

 L'affaire est horrible, mais «pas vraiment surprenante», a déclaré Gillian Branstetter, porte-parole d'un groupe de défense des droits, le Centre national pour l'égalité des transgenres à Washington. 

 Les personnes transgenres rencontrent souvent des difficultés pour obtenir des soins de santé spécifiques au genre, comme le dépistage du cancer du col utérin, la régulation des naissances ou le dépistage du cancer de la prostate. 

 «Il faut en faire plus pour améliorer la prise de conscience et la reconnaissance de la diversité, car les conséquences peuvent être terribles», comme le montre ce cas, conclut M. Branstetter.