/opinion/blogs/columnists
Navigation

Sol Zanetti mis K.O. par... Sol Zanetti!

Sol Zanetti le philosophe répond très bien, et avec aplomb, à Sol Zanetti, le député de Québec solidaire...

Le député solidaire Sol Zanetti.
Photo Simon Clark Le député solidaire Sol Zanetti.

Coup d'oeil sur cet article

Je me demande parfois si le député de Jean-Lesage se questionne sur ce qu’il fait dans cette galère.   

Les consultations publiques sur le projet de loi 21 ne sont pas faciles pour le porte-parole de Québec solidaire Sol Zanetti.   

D’ailleurs, pourquoi l’avoir désigné, lui? Qu’on ne me dise pas que le politburo n’était pas au courant de ses prises de position passées sur le sujet quand même!   

En rappel, car je l’ai partagé dans le passé, ce texte de Zanetti , pré-QS. Et cet extrait, essentiel, significatif :   

«L'interdiction du port de signes religieux pour certains fonctionnaires est nécessaire pour maintenir la confiance des citoyens en la neutralité de l'État. Tout le monde s'entend au Québec pour dire que les représentants de la loi (juges, policiers, gardiens de prison, etc.) doivent s'abstenir d'afficher des signes religieux, puisque le fait d'afficher leur appartenance à une religion pourrait les placer en apparence de conflit d'intérêts et semer un doute quant à leur jugement sur certaines questions morales, sociales et politiques sur lesquelles ils ont à intervenir au nom de l'État.  

Contrairement à ce que suggérait le rapport Bouchard-Taylor, l es enseignants de l'école publique devraient aussi s'abstenir de porter des signes religieux . En effet, l'école est un lieu d'éducation ouvert où toutes les questions doivent pouvoir être posées et toutes les idées, soumises à la critique. Ce n'était pas le cas dans les écoles confessionnelles du Québec avant les années soixante. C'était grave. Nous avons sur ce point fait un pas en avant. Il serait dommage de reculer maintenant. Le rôle de l'enseignant est de créer un environnement propice à la liberté de penser. Comment peut-il être crédible dans ce rôle s'il affiche son appartenance à une religion? Créer des conditions dans lesquelles certaines questions sont susceptibles d'être mises à l'écart, sous le couvercle du sacré, va à l'encontre de la mission de l'école. Mettre certaines idées à l'abri de la critique, c'est la fin du dialogue. Cela rend impossibles la rencontre et un débat public sain. C'est une limite claire à l'éducation libre et à la liberté de pense r .»  

Sol Zanetti mis KO par... Sol Zanetti! Prise 1.  

Dans le cadre des consultations publiques sur le PL 21, Sol Zanetti s’est fait remettre à sa place par nul autre que... Sol Zanetti! Il fallait s’y attendre, quelqu’un, à un moment donné, allait rappeler les arguments pro-laïcité du député qsiste.   

C’est finalement lors de l’allocution de Michèle Sirois, coordonnatrice du Rassemblement pour la laïcité, que cela s’est passé. M. Zanetti questionnait les deux représentants de ce Rassemblement à savoir «qu’est-ce qui va se passer si on n’interdit pas les signes religieux au Québec?» Question qu’il a répétée à moult reprises.  

La réponse de Mme Sirois a frappé en plein dans le mille.   

«J’aimerais vous répondre avec une citation monsieur. Une citation d’un philosophe que vous connaissez, que la première religion qu'il a écartée de l'État et de ses institutions, c'est la sienne: le christianisme. Les signes ostentatoires religieux ont été retirés des écoles publiques dont la déconfessionnalisation s'est réalisée en 1998 seulement, citation. Les raisons pour lesquelles ils ont été retirés sont les mêmes pour lesquelles nous devrions empêcher que d'autres s'y introduisent. L’auteur, c’est un certain Sol Zanetti.»  

Le député de Jean-Lesage a été piqué au vif, et, manifestement courroucé, il a accusé la coordonnatrice du Rassemblement pour la laïcité de «faire des effets de toge» et «de ne rien dire», «d’éviter de répondre à la question» en tentant de répliquer que «le rassemblement n’avait rien à répondre à sa question».   

En fait, c’était échec et mat.   

La meilleure réponse à la question du député était JUSTEMENT ce que Sol Zanetti défendait il n’y a pas si longtemps. Car la citation choisie par Mme Sirois provient du même texte que j’ai cité plus haut. C’est l’argumentaire de Sol Zanetti de l’époque pré Québec solidaire.   

C’est un plaidoyer très cohérent en faveur de la laïcité et une explication équivoque de ce «qui pourrait se passer si on n’interdisait pas les signes religieux au Québec». La déconfessionnalisation des écoles publiques étant une avancée à ne jamais renier, comme l’explique Zanetti, «un pas en avant, il serait dommage de reculer maintenant».   

Or, le courroux de M. Zanetti vient peut-être du fait qu’il soit désormais du côté de ceux qui, de toutes leurs forces, tentent de provoquer ce recul. Celui-là même que le philosophe décrit dans son texte.   

Sol Zanetti, défenseur des droits individuels et des Chartes! KO, prise 2.  

Soulignons aussi cet échange entre le député de Jean-Lesage et un de ses anciens compagnons d’armes chez Option nationale, M. Denis Monière.   

Le député solidaire Sol Zanetti.
Photo d'archives, Agence QMI

Prenant la parole pour le compte de La ligue d’action nationale, M. Monière a eu cet échange pour le moins surprenant avec le député Zanetti à propos de la légitimité des chartes; canadienne, mais surtout la charte québécoise des droits et libertés.   

Le député Zanetti questionnant, et c’était pertinent de le faire, M. Monière à savoir si ce dernier trouvait «légitime» la charte québécoise des droits et libertés.   

S’engage ensuite un chassé-croisé entre les deux indépendantistes qui a de quoi faire sourire.   

M. Monière qui rappellera qu’il ne s’agit pas de «déroger à la charte québécoise, de la compléter, de la développer [dans le sens de la laïcité], ce qui n’est pas du tout illégitime. Tout en précisant que la charte québécoise des droits et libertés n’a aucune valeur constitutionnelle puisque c’est un autre État qui décide de l’application de ses principes.  

Là où ça devient kafkaïen, c’est quand, en supposant que le Québec soit un pays, et le député Zanetti rappelant qu’il aime causer « indépendance », celui-ci demande à M. Monière «dans un pays indépendant, est-ce que vous souhaitez qu’on ait une charte des libertés des droits et de la personne, et des tribunaux qui nous soient propres, et qui puissent protéger la liberté de religion?»  

Réponse de M. Monière, sans appel :   

«Évidemment qu’on veut protéger toutes les libertés de croyance, les religions n’étant qu’une des croyances qui existent. Ce que l’on veut éviter, c’est que la religion soit une valeur supérieure aux autres valeurs républicaines. Ça c’est notre objectif, et c’est pour ça qu’on va se battre pour que dans une constitution d’un futur Québec indépendant, la religion ou Dieu ne soient pas considérés comme au-dessus du citoyen.»  

Sol Zanetti : «c’est le cas aujourd’hui au Québec?»  

Denis Monière : « au Québec c’est le cas car la constitution canadienne le prévoit. »  

Game, set, match.   

M. Monière aurait pu, lui aussi, référer au texte de Zanetti, cité plus haut :   

« La Charte canadienne des droits et libertés, sur laquelle s'appuient les juges de la Cour suprême lorsqu'il s'agit de traiter les questions d'accommodements religieux, déclare avant même son premier article que «le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit». Disons que symboliquement, ce n'est pas un terreau fertile à une authentique culture de la laïcité . Par ailleurs, considérant la jurisprudence canadienne, la liberté de religion est difficile à contraindre, quel que soit le motif de la contrainte. Lorsque le Québec sortira du carcan de la monarchie canadienne, il aura les coudées franches pour fonder une véritable République dont l'État sera indépendant de la religion jusque dans ses principes fondamentaux.»  

Le député solidaire Sol Zanetti.
PHOTO D'ARCHIVES, JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS

Que c’est bien dit n’est-ce pas?   

Ici, encore, Sol Zanetti le philosophe répond très bien, et avec aplomb, à Zanetti le député de Québec solidaire...