/lifestyle/psycho
Navigation

Comment prévenir ou surmonter l’épuisement parental?

Suzanne Vallières
Photo courtoisie, François Couture Suzanne Vallières

Coup d'oeil sur cet article

Excellente communicatrice, la psychologue Suzanne Vallières propose des trucs et des astuces concrètes, réalistes, éprouvées, pour prévenir et surmonter le burnout parental dans un livre très pertinent, Le Psy-guide des parents épuisés. Basé sur des faits et des connaissances scientifiques, rédigé par une spécialiste, il explique ce danger qui guette les parents, dans un monde axé sur la performance.

Phénomène global

Avec beaucoup d’empathie et une maîtrise du sujet, Suzanne Vallières explique ce qu’est l’épuisement parental, un phénomène en expansion qui touche autant les femmes que les hommes.

Le problème touche entre 5 % et 7 % des parents, et la psychologue en rencontre de plus en plus dans sa pratique. « Très peu de gens reçoivent ce diagnostic parce qu’on parle plus de dépression et d’anxiété quand le parent arrive avec les symptômes qui sont reliés à l’épuisement. Mais il y en a un peu plus que ce que les statistiques semblent avancer », explique-t-elle, en entrevue.

« Il y a également un malaise à dire, “je suis épuisé(e) de mes enfants, je suis épuisé(e) de cette tâche”, ­explique-t-elle. Ce n’est pas évident pour un parent de nommer ça. »

Suzanne Vallières note qu’on vit dans une société de performance où tout le monde – parents comme enfants – est sous pression. « De plus en plus, les parents sont épuisés d’essayer de ­travailler à temps plein, d’être ­performants au travail, d’être ­performants comme parents. »

« On se transforme en professeur à l’heure des devoirs, en bonne cuisinière parce que les enfants doivent bien manger. On reçoit de l’information de toutes les sphères qui rejoignent la santé de nos enfants et on essaie de répondre à cela, dans la perfection. À un moment donné, on n’y arrive plus », ajoute la spécialiste.

« La surinformation, la présence des réseaux sociaux, les écrans omniprésents dans notre vie font qu’on est tout le temps dans le multitâche. C’est ça, la difficulté : on n’arrive plus à profiter du moment présent. On est toujours dans l’anticipation de ce qui s’en vient, la préoccupation de bien performer, de “réussir”, par exemple l’heure du dodo, alors qu’on sait qu’un enfant sur deux se réveille la nuit, jusqu’à l’âge de cinq ans. »

Prévenir le danger

Suzanne Vallières aide les lecteurs à reconnaître les signes avant-coureurs, aussi appelés état de burn-in, afin d’éviter de sombrer dans la spirale négative de l’épuisement. La fatigue, la démotivation face au rôle parental, la distanciation face aux besoins des enfants sont des éléments à surveiller de près, indique-t-elle.

« Beaucoup de parents se reconnaissent dans le fait d’être épuisés d’essayer d’être partout en même temps, de fournir à tout le monde tout ce dont ils ont besoin, d’aller au gym, d’aller au cours de piano, d’arriver de travailler et d’être tout le temps sous pression. »

Qu’est-ce qui a changé pour que le rôle du parent soit plus épuisant qu’avant ? « La grande différence, c’est la diversité des familles. On reçoit aussi beaucoup d’informations, qu’il faut gérer, et nos enfants vivent dans un monde d’écrans. On a les jeux vidéo, les textos à gérer pendant qu’on est en famille. »

La difficulté avec l’épuisement parental, à la différence de l’épuisement professionnel, est la suivante : « On peut changer d’emploi, mais on ne peut pas s’en aller de notre famille, dit-elle. Quand on fait ce constat, il faut réajuster tout de suite le tir et redéfinir les priorités. »


■ Suzanne Vallières est psychologue et mère de trois enfants.

■ Elle est l’auteure de la collection à succès Les psy-trucs, traduite en six langues.

■ Elle a aussi écrit Le Psy-guide de la discipline pour les enfants de 0 à 10 ans.

Extrait

<i>Le Psy-Guide des parents épuisés</i></br>
Suzanne Vallières</br>
Les Éditions de l’Homme, 192 pages.
Photo courtoisie
Le Psy-Guide des parents épuisés
Suzanne Vallières
Les Éditions de l’Homme, 192 pages.

« L’épuisement parental (ou burnout parental) survient lorsqu’on ne parvient pas à atteindre les exigences que l’on s’était fixées en tant que parent, et que ce décalage cause un tel stress qu’il finit par induire une détresse importante et chronique. Contrairement au baby blues ou à la dépression post-partum, l’épuisement parental peut survenir à n’importe quel moment de la vie d’un parent, peu importe l’âge de l’enfant ou le type de famille. Ce phénomène touche autant les hommes que les femmes. »