/news/society
Navigation

Engouement pour la grande vente des Sœurs de Sainte-Anne

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Des collectionneurs, des amateurs d'histoire ou tout simplement des citoyens souhaitant meubler leur maison à petit prix se sont présentés en grand nombre samedi pour mettre la main sur un objet ayant appartenu à la Congrégation des Soeurs de Sainte-Anne.

Comme les religieuses vont quitter dans plus de deux ans leur maison-mère de la rue Provost, dans l’arrondissement de Lachine, elles ont décidé de vendre plus de 5000 objets au public.

«Les religieuses sont heureuses et fières d'en faire profiter les citoyens», peut-on lire dans un communiqué de presse de la congrégation.

Livres, antiquités, encadrements, meubles, peintures, il y en avait pour tous les goûts.

«Les objets sont impeccables», a expliqué l’encanteur Éric Bordeleau, de la Maison des Encans de Montréal, en entrevue avec TVA Nouvelles.

La vente d’objets à petits prix se déroulera également dimanche à la maison-ère de la congrégation, entre 9 h et 16 h.

À compter de juin, plusieurs encans se tiendront pour vendre les objets de valeur et les plus grosses pièces de la collection des Sœurs de Sainte-Anne.

«Des meubles qui datent d'il y a plus de 100 ans qui sont magnifiquement construits. On va avoir aussi des sculptures de marbre, on va avoir évidemment de la porcelaine», a indiqué M. Bordeleau.

Tout l’argent amassé lors de ces ventes ira à des causes soutenues par les religieuses de Sainte-Anne.

Plus de 200 soeurs habitent toujours dans l’immense édifice de Lachine. Les lieux seront reconvertis en logements à prix modique.

La Congrégation des Sœurs de Sainte-Anne a été fondée en 1850 par Esther Blondin, originaire de Terrebonne, en banlieue de Montréal.