/entertainment/movies
Navigation

Des Québécois financent Rocketman

cannes
Photo courtoisie Karine Martin (CEO de Starlings Entertainment et de Mediabiz), Jean-François Doray (président de Mediabiz).

Coup d'oeil sur cet article

Deux Québécois font partie des principaux financiers de Rocketman, le film sur la vie d’Elton John qui a reçu un accueil triomphal au Festival de Cannes il y a quelques jours.

Karine Martin et Jean-François Doray, de la firme montréalaise Mediabiz International, ont en effet joué un rôle important dans le financement de ce long métrage qui a été produit par le studio hollywoodien Paramount Pictures. Ils ont foulé le tapis rouge avec l’équipe du film à Cannes jeudi. Et ce soir, ils seront à Londres pour assister à la première britannique.

Pour le couple québécois, l’aventure de Rocketman a débuté en 2012.

« Il y a sept ans, on a reçu le scénario du film de la part de la compagnie d’Elton John, Rocket Pictures, explique Karine Martin, rencontrée samedi dans un hôtel de la Croisette.

On l’a lu et on l’a adoré. Ç’a été un vrai coup de cœur. À l’époque, un autre réalisateur était attaché au projet et c’est Tom Hardy qui devait jouer le rôle d’Elton John. Le budget était plus élevé et il n’y avait pas encore de distributeur aux États-Unis. On avait adoré le projet, mais on a décidé qu’on allait attendre que le package évolue un peu parce qu’on ne trouvait pas que c’était le bon moment. »

Une scène du film Rocketman.
Photo courtoisie
Une scène du film Rocketman.

Le projet a donc été mis sur la glace pendant quelques années jusqu’à ce que les gens de Rocket Pictures reviennent cogner à leur porte avec une nouvelle proposition.

« Ils avaient recruté un autre réalisateur (Dexter Fletcher qui terminait alors la réalisation de Bohemian Rhapsody), un acteur qui chante (Taron Egerton), ils avaient obtenu une entente avec Paramount pour la distribution américaine et le budget avait baissé. Donc là, on s’est dit on saute dessus. On a tout de suite fait une offre et on a négocié avec Paramount pour avoir une entente de co-investissement dans le film. On est donc devenus financiers sur le projet. »

C’est par le biais de l’entreprise Starlings Entertainment, dont Mediabiz est le principal actionnaire, que le couple québécois s’est impliqué financièrement dans Rocketman.

« Paramount est le principal financier du film et Starlings est le deuxième plus important », souligne Karine Martin qui est présidente et directrice générale de l’entreprise. Le budget du film n’a pas été dévoilé. Mais selon différentes sources, il oscillerait autour de 40 M$.

Comme un mini studio

Le rôle de Karine Martin et Jean-François Doray dans Rocketman est strictement financier : « On n’est pas des producteurs. On n’a pas eu d’implication créative sur le projet, précise Jean-François Doray. En gros, on a un rôle de gestionnaires et d’opérateurs de fonds, à l’image d’un mini studio. Nos investisseurs viennent tous du privé. Ce sont des Américains qui ont fait beaucoup d’argent dans d’autres domaines et qui ont envie d’investir dans le cinéma. »

Karine Martin et Jean-François Doray ont fondé Mediabiz il y a 20 ans. La firme qui a des bureaux à Montréal et Los Angeles a déjà réalisé le financement d’une quarantaine de productions dont le film d’action Outcast avec Nicolas Cage. Leur participation au film Rocketman pourrait leur ouvrir encore plus de portes : « On reçoit pas mal de beaux projets depuis quelques années. Mais là, c’est sûr que Rocketman va donner beaucoup de visibilité à notre entreprise, se réjouit Jean-François Doray. On verra où cela nous mène ! »

♦ Le film Rocketman prend l’affiche au Québec le 31 mai.

 

Les Américains de retour en force

Quentin Tarantino et son
épouse, Daniella Pick.
Photo AFP
Quentin Tarantino et son épouse, Daniella Pick.

Après avoir été beaucoup moins présentes pendant quelques années au festival, les stars hollywoodiennes sont de retour en force sur la Croisette. De Robert Pattinson à Nick Jonas en passant par Andie McDowell, Julianne Moore, Amber Heard et Quentin Tarantino, les vedettes ont été nombreuses à fouler le tapis rouge au cours des derniers jours.

Les relations entre Hollywood et le Festival de Cannes n’ont pas toujours été au beau fixe. Au cours des dernières années, les grands studios américains ont souvent été réticents à lancer leurs nouveaux films sur la Croisette à cause notamment des critiques qui peuvent parfois se montrer sans pitié à Cannes. Le cinéaste américain Gus Van Sant l’a appris à ses dépens en 2015 : son film La forêt des songes avait été démoli par la presse internationale, ce qui avait totalement ruiné sa carrière en salles.

Cette année, les Américains n’ont pas boudé Cannes. C’est même un film américain, Les morts ne meurent pas, qui a ouvert le festival mardi passé, en présence de ses vedettes Bill Murray, Selena Gomez et Adam Driver. Le film Rocketman, sur la vie d’Elton John, a été lancé deux jours plus tard. Et dimanche, le réputé réalisateur américain Terrence Malick a présenté son nouveau film, Une vie cachée, en compétition.

Cette belle présence américaine se fait évidemment sentir sur le tapis rouge, où les vedettes sont nombreuses chaque soir, malgré le temps gris et pluvieux des derniers jours. En fin de semaine, on y a aperçu notamment le chanteur et acteur Nick Jonas, en compagnie de son épouse, la star indienne Priyanka Chopra. Les actrices Amber Heard, Julianne Moore et Andie MacDowell ont aussi monté les marches du Palais, tout comme le cinéaste Quentin Tarantino. Robert Pattinson a quant à lui présenté un film d’horreur à la Quinzaine des réalisateurs.

Et ce n’est pas terminé. Les Américains continueront d’injecter du glamour sur le tapis rouge jusqu’à la fin du festival. Tarantino y retournera demain soir pour dévoiler son nouveau film Il était une fois à Hollywood, en compagnie de ses stars Brad Pitt, Leonardo DiCaprio et Margot Robbie. On aura aussi droit vendredi à une visite de Sylvester Stallone qui présentera aux festivaliers des images exclusives de son prochain film, Rambo V. Ça promet !

♦ Le 72e Festival de Cannes se poursuit jusqu’au 25 mai.

 

Échos de la Croisette

 

Des retrouvailles touchantes

cannes
Photo AFP

On a eu droit à un beau moment d’émotion dimanche après-midi alors que le cinéaste français Claude Lelouch a rencontré les journalistes en compagnie des acteurs Anouk Aimée et Jean-Louis Trintignant, les interprètes du couple mythique de son film culte Un homme et une femme, qui a remporté la Palme d’or il y a 53 ans. Le réalisateur de 81 ans a réussi à convaincre les deux acteurs de reprendre leurs rôles pour une suite du film intitulée Les plus belles années d’une vie, qui a été présentée à Cannes en fin de semaine.

« Quand on est venus présenter Un homme et une femme à Cannes en 1966, je me suis rapidement aperçu que c’était un film qui allait laisser des traces. Mais je ne me doutais pas que ces traces seraient encore là 53 ans plus tard, a souligné Lelouch. En retrouvant Anouk et Jean-Louis il y a trois ans pour une projection soulignant le 50e anniversaire du film, j’ai passé beaucoup de temps à les observer. Je les voyais heureux et pas tristes que le temps ait fait son travail. Ça m’a donné le goût de leur proposer de tourner une suite du film. Ils n’ont pas accepté tout de suite. Mais trois ans plus tard, ils ont fini par dire oui. Pour moi, cette suite est une succession de miracles. »

Malick en grande forme

cannes
Photo AFP

De retour en compétition à Cannes après une absence de huit ans, le cinéaste américain Terrence Malick a frappé un grand coup dimanche soir au Festival avec son nouveau film Une vie cachée, une œuvre majestueuse de près de trois heures qui a immédiatement créé une onde de choc sur la Croisette. S’inspirant d’un fait réel, le réalisateur de La mince ligne rouge et L’arbre de la vie (gagnant de la Palme d’or en 2011) relate le combat d’un paysan autrichien qui refuse de se convertir au nazisme, pendant la Seconde Guerre mondiale. Au sommet de son art, Malick offre un grand moment de cinéma. Remportera-t-il sa seconde Palme ?