/opinion/columnists
Navigation

Léger Bernier

Coup d'oeil sur cet article

J’ai pris un temps d’arrêt, alors j’ai deux semaines d’actualité à rattraper. Le dimanche, j’essaie aussi de choisir un sujet plus léger. J’ai donc eu l’idée de joindre l’utile à l’utile en vous parlant de Maxime Bernier.

Il y a quelque temps, il a décidé de consacrer sa grosse sortie de la semaine à dénoncer la décision de la ministre du Travail de fournir tampons et serviettes hygiéniques sur leur lieu de travail aux membre du personnel du gouvernement du Canada. Mesure destinée à cette proportion d’employées — et non pas étendue à l’ensemble de la population — dont les règles ne sont pas moins naturelles que les autres besoins d’évacuation du corps humain.

Qu’a fait Maxime Bernier ? Il s’est insurgé. Puis il a dit qu’il y avait d’autres questions plus urgentes au Canada. Dommage qu’il n’ait pas suivi son raisonnement jusqu’au bout.

Ridicule

Il a ensuite dit que les femmes étaient responsables de leurs règles. C’est vrai que les femmes ont juste à arrêter d’être menstruées, si ça les dérange. Si elles s’assuraient de se faire féconder à chacune de leurs ovulations, le problème des menstruations, ça n’existerait pas !

« Est-ce qu’on paye pour le papier de toilette ? C’est ridicule ! » s’est ensuite écrié l’audacieux libertarien, présumant sans doute que ces parasites de fonctionnaires fédéraux faisaient leurs besoins dans un coin de leur cubicule, conformément aux conditions qu’ils méritent, soit celles d’un sweatshop du Bangladesh.

Simplet

Depuis des années, je me pose la question. Authentique Beauceron qui paye les meilleurs écoles montréalaises anglophones à ses filles, Maxime Bernier prend-il les électeurs pour des idiots à qui il attribue les plus vils instincts ou est-il réellement simplet ?

Je n’arrive pas à trancher et je pense que, dans cent ans, les historiens en débattront encore.

Ou pas, à en juger par l’insignifiance que le type qui a perdu un poste de ministre en mettant des documents secrets-défense au recyclage continue de fréquenter.