/entertainment/music
Navigation

Plus de 20 000 personnes pour Cardi B au festival Metro Metro

Plus de 20 000 personnes pour Cardi B au festival Metro Metro
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Environ 20 700 personnes ont envahi l’Esplanade du Parc olympique, à Montréal, samedi, pour participer à la première édition du festival Metro Metro et assister au concert de la rappeuse américaine Cardi B.

Un chiffre qui fait évidemment jubiler Olivier Primeau, organisateur de ce «happening» dédié à la musique urbaine. 

«On vient de créer un beau monstre», a imagé ce dernier en entrevue avec l’Agence QMI, dimanche après-midi.

Lors de l’annonce de l’événement, en début d’année, Primeau et son équipe espéraient attirer 9000 personnes par jour. L’entrepreneur jure maintenant que la pérennité de Metro Metro est assurée et il rêve déjà aux Rihanna, Eminem, Drake et Post Malone qu’il souhaite inviter l’an prochain. 

«C’est pour ça qu’on est tout de suite allés avec une programmation risquée, qui coûtait cher pour nous. On se bat contre des gros monstres comme evenko, mais le soleil brille pour tout le monde. On a mis les bouchées quadruples pour prouver qu’on pouvait être là, nous aussi.» 

Cardi B souveraine

Voir cette publication sur Instagram

💎💎💎💎💎

Une publication partagée par Festival Metro Metro (@festivalmetrometro) le

Ce premier Metro Metro mettait notamment en vedette Future, Sean Paul, Tyga, Ludacris et des noms québécois comme Alaclair Ensemble, Dead Obies et Laurence Nerbonne. 

Quant à la divine Cardi B, elle fut souveraine en fin de soirée, samedi, dans son justaucorps noir scintillant, sa longue chevelure noire striée de rouge visible à des kilomètres. 

Devant entrer en piste à 22h, la nouvelle sensation rap de la planète a fait patienter pendant une demi-heure une cour qui l’attendait depuis plusieurs heures, certains spectateurs ayant pris place le long de la barrière à 15h pour réserver une place de choix. 

Mademoiselle B s’est ensuite donnée tout entière à l’assistance, souriante, généreuse et taquine, se déhanchant avec panache et charisme pendant une quarantaine de minutes et descendant même serrer des mains au parterre à un certain moment. 

En égrainant un à un ses tubes (Get Up 10, Money Bag, Girls Like You, I Like It, etc.) Cardi, entourée de ses danseuses, a allègrement exhibé et remué son proéminent popotin pendant son spectacle, se penchant sans cesse dos au public pour célébrer ses attributs. 

Seul hic relatif au passage de Cardi B: celle-ci (ou son entourage?) a imposé sa loi, entre autres quant à l’utilisation de son image. Photographes et caméramans ont été expulsés pendant son tour de chant, et son équipe devait approuver toutes photos et vidéos avant publication dans les médias. 

«Les gros artistes internationaux, il faut que ça joue à la diva, un peu, a concédé Olivier Primeau. Ça fait partie de leur branding. Moi, je lui ai parlé pendant 20 minutes, hier [samedi], et elle est super gentille. On entend qu’elle est inapprochable, mais elle était très contente d’être ici, elle a ri de mon accent français et on a eu bien du fun!» 

Avant Cardi B, un Snoop Dogg vieillissant, affublé d’un chandail et d’une veste du Canadien de Montréal, a offert une costaude prestation de plus d’une heure, accompagné de danseuses poteau légèrement vêtues. 

Voir cette publication sur Instagram

The legend @snoopdogg blessing us 💨💨

Une publication partagée par Festival Metro Metro (@festivalmetrometro) le

Outre un concert écourté d’une dizaine de minutes pour Waka Flocka Flame en raison d’un problème d’ordinateur, et un rendez-vous reporté d’une journée pour Rich the Kid – qui, ayant raté son avion, n’a pu se produire samedi comme prévu et devait se reprendre dimanche –, aucun autre pépin n’a entaché le volet artistique de Metro Metro, a relevé Olivier Primeau. 

Pas de pluie

Alors que la météo laissait présager un week-end pluvieux, les festivaliers ont été plutôt épargnés par la pluie. Ils ont pu profiter des installations de Metro Metro, lesquelles comprenaient deux scènes où se succédaient des concerts de midi à 22h, de nombreux kiosques de nourriture et boissons, une zone de basketball et un espace de décoration de ballons. Partout aux alentours du Stade olympique, les couleurs fluo déjà emblématiques du rassemblement prédominaient. 

Dimanche, malgré la panne qui a paralysé la ligne verte du métro sur le tronçon qui dessert justement la station Pie-IX et le Parc olympique, entre 5000 et 6000 personnes avaient déjà investi le site à 14h. 

Une popularité qui constitue «un beau problème», estime Olivier Primeau, qui n’écarte pas la possibilité d’étendre le terrain de Metro Metro jusqu’au Stade Saputo l’an prochain pour répondre à la demande.