/opinion/columnists
Navigation

Pourquoi les religions dérangent-elles?

Coup d'oeil sur cet article

Le dernier sondage publié hier, par Le Devoir, confirme ce que nous savions déjà du malaise des Québécois à l’égard des religions, la leur et celles des autres, l’islam en particulier. 

On y apprenait que 47 % des personnes interrogées croient que leur « mode de vie est menacé par la présence d’immigrants issus de minorités religieuses » et 26 % vont jusqu’à penser qu’elles « devraient être encouragées à renoncer à leurs coutumes et à leurs traditions ». 

Il est facile de crier au racisme. Mais cela ne fera pas avancer le débat et surtout ne permettra pas d’engager un dialogue social constructif. 

Pourquoi ce malaise ? 

La question est sensible, mais il faut avoir le courage de l’aborder. 

La Charte des droits et libertés de la personne, dans son article 10, énumère 14 motifs de discrimination, dont la race, la couleur le sexe, la religion, la langue, l’origine ethnique, etc. 

Comment expliquer que de tous les critères de discrimination, c’est la religion qui soulève le plus de tensions sociales au Québec et dans le monde ? 

Quatre raisons pourraient éclairer la réflexion : 

1. Les religions sont jalonnées de guerres et de conflits qui ont marqué notre conscient collectif, et ce n’est pas que de l’histoire ancienne. 

Bien que ces conflits se passent ailleurs, l’ailleurs est ici et les Québécois issus de l’immigration sont concernés par les secousses politiques qui affectent leurs pays d’origine. 

De plus, le Canada n’hésite pas à s’y impliquer, en vendant des armes, en participant directement à la guerre, comme en Afghanistan, ou en accueillant les réfugiés de la guerre. 

2. Les religions charrient des valeurs morales qui vont parfois à l’encontre de la conception que se fait la société d’accueil du mieux vivre ensemble. 

3. Les religions sont instrumentalisées à des fins politiques. Loin de s’atténuer, l’extrémisme religieux est en voie de devenir l’un des enjeux majeurs du 21e siècle. 

On le voit avec la droite religieuse américaine qui se sert des tribunaux pour faire reculer les droits des femmes de disposer de leurs corps. 

On le voit avec les groupes islamistes qui propagent l’idéologie wahhabite et salafiste dans le monde. On les a vus à l’œuvre lorsqu’ils avaient tenté d’implanter la charia au Québec et au Canada. 

4. Les Québécois ont été marqués par des siècles d’oppression par l’Église catholique. Bien qu’ils tiennent toujours à certaines valeurs chrétiennes, ils sont passés à autre chose. (Voir ma chronique du 12 mai dernier « Laïcité : une trajectoire de deux siècles de combat ».)  

Un problème mondial 

Dans un contexte où les idéologies sous couvert de religions sont en pleine expansion, il est légitime pour les citoyens de s’en préoccuper et du devoir du gouvernement d’y apporter les solutions qui s’imposent. 

Le Québec n’est pas le seul État à être confronté à ces enjeux. 

En 2010, le Centre de recherche Pew sur la religion et la vie publique avait publié une étude majeure « Tolérance et tensions : l’islam et le christianisme en Afrique subsaharienne », effectuée dans 19 pays, au sud du Sahara. 

Quelque 25 000 personnes y avaient été interrogées sur leurs croyances, leurs pratiques religieuses et le rôle de la religion dans leurs sociétés, à l’heure où près de 9 personnes sur 10 dans le monde considèrent que la religion est importante dans leurs vies. 

On y apprenait notamment que les Africains – chrétiens et musulmans – étaient très préoccupés par les conflits interreligieux et interethniques. 

Et qu’ils plaçaient l’extrémisme religieux comme « le problème le plus grave », en tête de liste des hostilités sociales dans leurs pays.