/sports/football/alouettes
Navigation

«Ce sera facile d’être le gars en trop» - Antonio Pipkin

«Ce sera facile d’être le gars en trop» - Antonio Pipkin
Photo Agence QMI, TOMA ICZKOVITS

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Antonio Pipkin entame peut-être le camp d’entraînement des Alouettes de Montréal en pole position pour obtenir le poste de quart-arrière partant en vue de la prochaine saison de la Ligue canadienne de football (LCF), mais le principal intéressé est loin de prendre les choses pour acquis.

Antonio Pipkin
Photo Joël Lemay
Antonio Pipkin

«Tout le monde est bon», a-t-il lancé lundi après la première séance d’entraînement du camp des Oiseaux, au stade Percival-Molson.

«Notre groupe de quarts est concentré, a-t-il ajouté. Nous nous encourageons, mais nous savons tous que nous devons être à notre meilleur chaque jour. Ce sera facile d’être le gars en trop. Les gars sont tous capables de lancer le ballon et de compléter des passes. Ce serait facile de tomber en retrait.»

En dépit de statistiques peu impressionnantes, Pipkin a tout de même montré de belles choses au cours des six rencontres auxquelles il a pris part en 2018. Il a notamment amassé 1120 verges par la passe avec trois touchés et huit interceptions.

La compétition principale pour Pipkin viendra de Matthew Shiltz, Vernon Adams fils et Jeff Mathews, trois passeurs qui ont vu de l’action avec les Alouettes au cours de la dernière campagne. Et il y aussi le Québécois Hugo Richard, qui a signé un contrat avec les Alouettes en janvier.

«Nous sommes plusieurs à avoir de l’expérience dans la LCF et nous avons de bons jeunes qui apprennent, a indiqué Shiltz. Mon but est d’être le partant et les autres abordent cette compétition de la même façon. Toutes les répétitions comptent, peu importe si tu t’entraînes avec la première, la deuxième ou la troisième unité.»

Plus léger

Pendant la saison morte, les joueurs essaient souvent d’ajouter quelque chose à leur arsenal ou d’améliorer leurs capacités physiques.

Pipkin, de son côté, a décidé de perdre un peu de poids pour être plus léger sur ses pieds. Pour y arriver, il a adopté un régime végétalien. «J’ai perdu 17 livres», a annoncé celui qui fait maintenant osciller la balance à 220 lb.

Inspiré par Cam Newton, le passeur étoile des Panthers de la Caroline dans la NFL, qui a fait la même chose, Pipkin s’est lancé dans l’aventure, et il en a retiré plusieurs bienfaits. «Tu as beaucoup plus d’énergie quand tu te réveilles», a-t-il dit.

Son expérience alimentaire est toutefois terminée. «C’est la chose la plus difficile que j’ai faite de ma vie. J’ai recommencé à manger de la viande. Ce n’était que pour la saison morte», a-t-il affirmé, tout sourire et visiblement soulagé.

Pas de héros

L’entraîneur-chef Mike Sherman s’est bien gardé de dire qui sera le partant cette saison et a aussi préféré ne pas donner d’indice sur le moment où il allait faire son choix. «Nous verrons», s’est-il contenté de dire.

Il a toutefois indiqué ce qu’il attendait de Pipkin.

«Je veux qu’il joue à la hauteur de ses habiletés et qu’il n’essaie pas de réussir le gros jeu à tout prix, a expliqué le pilote. Il peut prendre ce que la défense lui offre. Nous avons d’excellents porteurs de ballon. Il n’y a rien de mal à faire une courte passe à William Stanback et le laisser gagner 10 autres verges par la course.»

Un sentiment que partage le directeur général Kavis Reed.

«Je ne veux pas que les quarts aient le syndrome du héros, a-t-il averti. Ils doivent prendre les bonnes décisions, protéger le ballon et jouer en confiance.»

Les Alouettes disputeront leur premier match préparatoire le 30 mai au domicile des Argonauts de Toronto. Ils entameront la saison régulière le 14 juin, contre les Eskimos, à Edmonton.