/sports/others
Navigation

Championnats nationaux d’escalade : le retour en force de Babette Roy

Babette Roy
Photo Journal de Montréal, MARTIN ALARIE Babette Roy

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Babette Roy a volé la vedette lundi aux Championnats nationaux d’escalade en décrochant les médailles d’or et d’argent aux épreuves de vitesse des catégories open et junior A. Des résultats rassurants pour l’athlète de 17 ans, qui en était à sa première compétition depuis le mois de septembre. 

«Mon année n’allait vraiment pas très bien. D’avoir des résultats comme ça à mon retour, alors que je n’ai pas eu autant d’entraînements que les autres années, ça fait vraiment plaisir», a dit la Montréalaise, qui a vaincu l’Ontarienne Riley Galloway en finale de la catégorie open, au Centre Allez Up de Montréal. La Québécoise Sophie Valence a obtenu le bronze. 

Plus tôt en journée, Roy s’était classée deuxième derrière la Britanno-Colombienne Lexi Binder dans la catégorie junior A. 

 

Babette Roy
Photo Journal de Montréal, Martin Alarie

 

Après des débuts fulgurants sur la scène internationale, Roy a connu son lot de problèmes l’été dernier. Blessée à un doigt, épuisée par un horaire de compétition chargé, elle était pour le moins diminuée lorsqu’elle s’est présentée au dernier camp de sélection de l’équipe canadienne. Résultat : elle n’a pas été retenue et a ensuite choisi de prendre une pause de la compétition. 

«Babette a un talent immense et nous savons que la dernière année a été très difficile pour elle, a dit Jeffrey Thomson, directeur exécutif de Climbing Escalade Canada (CEC). Il se réjouissait lundi du retour en force de Roy, une athlète en qui il voit un brillant avenir. 

«Elle a eu tellement de succès à un jeune âge et elle se met beaucoup de pression sur les épaules. Ce que nous essayons de faire comprendre à de jeunes talents comme elle, c’est que c’est correct d’avoir des hauts et des bas, et que c’est impossible de rester toujours au sommet. Il faut être patient. Ce qu’on veut, c’est qu’ils (les jeunes) soient à leur meilleur dans la vingtaine. On veut qu’il reste en santé, forts et en confiance.» 

Réintégrer l’équipe 

 

Babette Roy
Photo Journal de Montréal, Martin Alarie

 

En juin, Roy sera dans de meilleures dispositions pour tenter sa chance au camp de sélection de l’équipe nationale, qu’elle espère réintégrer. Cela lui permettrait d’effectuer un retour sur le circuit de la Coupe du monde et de participer aux Mondiaux juniors et seniors cet été. 

«Ma pause (de la compétition) m’a permis de prendre du recul et de prendre conscience que l’escalade, ce n’est pas juste la performance, c’est aussi un sport que j’aime. Ça a aidé à enlever un peu de pression», a conclu Roy, qui vise une participation aux Jeux olympiques de 2024, à Paris. 

Du côté masculin, le Britanno-Colombien Brennan Doyle a triomphé devant l’Albertain Ethan Flynn Pitcher en finale de la catégorie open. Le Québécois Hugo Valence a quant à lui obtenu la médaille d’argent dans la catégorie junior A. Il a terminé derrière le Britanno-Colombien Ethan Hoffman. 

Au-dessus de la mêlée 

Chez les juniors B, le Québécois Dylan Le a survolé la compétition pour s’emparer du titre national à l’épreuve de vitesse. Sa performance lui vaudra également une invitation au camp de sélection nationale. Une première pour le Montréalais qui a un dossier quasi parfait cette année sur le circuit national. Le titre canadien à l’épreuve de difficulté, disputée samedi à Montréal, est le seul qui lui a échappé. 

«Je suis satisfait de ma performance. J’ai quand même réussi à faire une troisième place dans la discipline que j’aime le moins (difficulté) et j’ai réussi à obtenir la première place en vitesse en battant mon meilleur temps personnel», a-t-il expliqué.

Babette Roy et son entraîneur Philippe Bourdon
Photo Journal de Montréal, Martin Alarie
Babette Roy et son entraîneur Philippe Bourdon

De son côté, l’entraîneur Philippe Bourdon était on ne peut plus fier de l'athlète de 14 ans. «Faire un record dans un championnat national, avec le stress et tout, c’est pas rien. Présentement, il est au-dessus du niveau, c’est incontestable. Tant au niveau québécois que canadien», a indiqué l'instructeur-chef au Centre Allez Up et assistant-entraîneur de l'équipe du Québec.