/sports/hockey
Navigation

Comment le DG des Rangers a amené les Bruins en finale

Comment le DG des Rangers a amené les Bruins en finale
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Si les Bruins de Boston ont accédé à la finale de la Coupe Stanley cette saison, ils le doivent en grande partie à un homme: le directeur général... des Rangers de New York.

Étonnamment, Jeff Gorton est en quelque sorte l’artisan des succès actuels de la formation du Massachusetts.

Ce fait n’est pas connu par la majorité des amateurs, mais Gorton a été, pendant une courte période, le directeur général intérimaire des Bruins. Son règne fut bref – il a repris les fonctions d’adjoint au DG lorsque Peter Chiarelli est entré en poste –, mais déterminant. Du 25 mars au 15 juillet 2006, il a pris des décisions qui ont changé le destin de l’équipe.

Sensationnel depuis le début des présentes séries éliminatoires, le gardien Tuukka Rask est pressenti par plusieurs pour remporter le trophée Conn-Smythe. Et c’est Gorton qui avait réussi un véritable coup de génie à l’époque en faisant son acquisition en retour d’Andrew Raycroft, qui s’est avéré une grande déception.

Puis, il y a Brad Marchand qui domine les Bruins avec 18 points lors des séries 2019, lui qui a même trouvé le moyen de perturber Justin Williams, un vétéran de 37 ans et spécialiste des séries. Pendant le repêchage de 2006, Gorton et son équipe de recrutement l’ont choisi au troisième tour, au 71e rang. La plupart des joueurs sélectionnés dans ces environs n’atteignent pas la Ligue nationale; or, Marchand a déjà réalisé une campagne de 100 points.

Enfin, il faut ajouter à cela l’embauche de Zdeno Chara à titre de joueur autonome. Gorton est parvenu à mettre le grappin sur le géant le 2 juillet 2006 en lui accordant un contrat de cinq ans, d’une valeur de 37,5 M$. S’il n’est plus aussi dominant que durant ses belles années, Chara demeure le capitaine des Bruins et le deuxième joueur le plus utilisé de l’équipe au cours des présentes séries.

Si les Bruins remportent les grands honneurs cette saison, il faudra évoquer Gorton dont le court, mais fructueux règne en 2006 est souvent oublié.