/sports/hockey
Navigation

Hockey féminin: une association de joueuses professionnelles est née

Hockey féminin: une association de joueuses professionnelles est née
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’Association professionnelle des joueuses de hockey féminin (PWHPA) est officiellement créée, ont annoncé lundi leurs membres visant désormais à obtenir un soutien financier accru et des ressources améliorées afin de continuer à pratiquer leur sport.

«Cela servira d’outil dédié à la promotion de la mise en place d’une ligue de hockey féminin professionnel rentable en Amérique du Nord, a-t-on précisé dans un communiqué de presse. La naissance de la PWHPA fait suite à la décision de plus de 200 des meilleures joueuses au monde de renoncer à la campagne à venir. Elles uniront leurs voix et travailleront ensemble pour bâtir un circuit solide leur permettant de déployer tout leur talent.»

«Nous sommes chanceuses d’être les ambassadrices de ce merveilleux sport et c’est notre responsabilité de nous assurer que la prochaine génération de hockeyeuses ait davantage d’occasions que la nôtre, a enchaîné l’Américaine Kendall Coyne Schofield, gagnante de la médaille d’or olympique en 2018. Il est temps de se lever ensemble pour créer une ligue viable qui nous amènera à apprécier les fruits de notre dur labeur.»

Non à la NWHL

Au début du mois, les patineuses qui se trouvaient dans le giron de la défunte Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF) avaient indiqué qu’elles n’évolueraient pas dans quelconque circuit nord-américain de haut niveau durant la prochaine saison, à moins de changements importants au sein de leur milieu sportif.

Du même coup, il n’est pas question pour elles de se joindre à la National Women’s Hockey League (NWHL), qui comprend cinq formations aux États-Unis.

«C’est d’affirmer ce dont on a besoin: une ligue qui est viable et rentable à long terme, avait déclaré la Québécoise Marie-Philip Poulin à la chaîne TVA Sports le 3 mai. Pour nous, la NWHL n’en était pas une. On a eu beaucoup d’appels avec eux [...] il y a eu beaucoup de questionnements. Pour nous, c’est de prendre cette année-là pour créer quelque chose d’encore plus gros, non seulement pour nous, mais pour les futures générations. C’est quelque chose qu’on avait à cœur.»