/sports/football/alouettes
Navigation

Les Alouettes plus gros et plus forts

Les Alouettes plus gros et plus forts
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Même si le camp d’entraînement des Alouettes n’en était qu’à ses balbutiements lundi, au stade Percival-Molson, le directeur général de la troupe montréalaise, Kavis Reed, semblait plutôt satisfait du groupe de joueurs qu’il a assemblé.

«Je vois beaucoup d’amélioration au sein de notre équipe de football en termes de gabarit et de vitesse», a affirmé Reed.

«J’ai entendu ce commentaire sur le terrain: les fenêtres pour que les receveurs attrapent le ballon sont beaucoup plus petites», a-t-il poursuivi.

Le DG doit certainement espérer que son équipe sera plus compétitive en 2019 que dans les dernières années, considérant que les Oiseaux ont fini à l’avant-dernier rang de la Ligue canadienne de football (LCF) la saison passée et qu’ils ont raté les séries au cours des quatre dernières campagnes.

«Je vois beaucoup de compétition, ce qui est le plus important, s’est réjoui Reed. Il y a encore quelques positions que nous devons améliorer, comme celle d’ailier défensif, et nous serons vigilants pour amener plus de joueurs. Toutefois, dans l’ensemble, nous sommes contents de ce que nous avons vu.»

Place aux jeunes

Reed a aussi profité de l’occasion pour expliquer pourquoi l’équipe avait libéré le receveur de passes Ernest Jackson, dimanche.

«Nous sommes arrivés à cette décision, car nous sentons que nous avons quatre joueurs qui peuvent se battre à cette position, a expliqué le DG. C’était une occasion de se rajeunir et de changer certaines choses que nous faisons en attaque.»

Jackson, 32 ans, avait signé une nouvelle entente d’un an en janvier après avoir connu une saison de 52 attrapés pour 642 verges et un touché.

Peu expérimenté

Les Alouettes ont accordé le plus grand nombre de sacs du quart (66) dans la LCF en 2018. Comme l’équipe ne compte pas sur un quart établi, l’attaque risque également d’être basée principalement sur le jeu au sol.

La ligne offensive sera donc un élément très important. De jeunes joueurs, comme Trey Rutherford, qui a joué neuf parties l’an dernier, et Tyler Johnstone, qui a raté la majorité de la dernière saison – sa première dans la LCF – à cause d’une blessure au genou, risquent d’avoir des rôles importants.

«Je ne suis jamais à l’aise avec un groupe inexpérimenté, mais ils ont du talent, ils travaillent forts et ils sont prêts à jouer», a indiqué l’entraîneur-chef Mike Sherman.

Les jeunes profiteront toutefois de la présence de vétérans comme Tony Washington ainsi que les Québécois Kristian Matte et Luc Brodeur-Jourdain.