/finance/pme
Navigation

Groupe F. Dufresne: la troisième génération prend la relève

Pierre-Olivier (à gauche) et Francis (à l’extrême droite
Le Journal de Québec Pierre-Olivier (à gauche) et Francis (à l’extrême droite) sont les fils de Pierre Dufresne, l’actuel président, tandis que leur cousin Jérôme (au centre) est le fils de Jacques.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que le transfert d’entreprise est un enjeu de taille, le Groupe F. Dufresne de Québec vient de passer le flambeau à la troisième génération au cours d’un processus qui a été longuement planifié.

Depuis un an, Jérôme, Pierre-Olivier et Francis Dufresne détiennent 100 % des actions de la compagnie fondée par leur grand-père, Fernand.

Spécialisée dans la distribution de produits pétroliers, l’entreprise exploite aussi un réseau de stations-service, de dépanneurs et de restaurants. Le groupe, dont le chiffre d’affaires s’élève à 500 M$, génère près de 700 emplois directs au Québec.

Leurs pères, Pierre et Jacques Dufresne, occupent toujours les postes de président et vice-président.

Jacques et Pierre Dufresne font l’envie de bien des entrepreneurs puisqu’ils ont su créer un contexte favorable au transfert familial.
Photo courtoisie
Jacques et Pierre Dufresne font l’envie de bien des entrepreneurs puisqu’ils ont su créer un contexte favorable au transfert familial.

«C’est un processus qui s’est échelonné sur 10 ans et qui a été bien planifié», témoigne Francis Dufresne, directeur principal des affaires juridiques et du restaurant Topla!

«Déjà, il y avait des prémisses importantes sur le plan de la relève. Les personnes qui sont actionnaires doivent travailler dans la compagnie», ajoute-t-il.

Pour s’assurer d’une diversité au sein du conseil d’administration, l’entreprise a accueilli deux nouveaux membres, en 2017, qui ne sont pas liés à la famille, soit Ross R. Bayus, ex-président d’Énergie Valero (anciennement Ultramar) et Gilles Cossette, associé retraité au bureau de Québec de Deloitte.

«Dans le quotidien, nos fonctions respectives n’ont pas changé. On ne voulait pas brusquer les façons de faire. La gestion est restée la même», poursuit de son côté Pierre-Olivier Dufresne, directeur principal des technologies de l’information et du Bureau de projets.

Quant à savoir qui est pressenti pour occuper le fauteuil de président, il est encore trop tôt. La question devrait se poser dans quelques années. Entre-temps, les projets se succèdent les uns après les autres.

«Le développement passe entre autres par notre bannière de dépanneurs Sprint. On est encore à procéder à la conversion sous cette bannière de notre réseau de dépanneurs corporatifs», indique Jérôme Dufresne, directeur principal des réseaux corporatifs.

L’entreprise y voit un potentiel de commercialisation, puisque l’enseigne peut s’adapter à toutes les bannières pétrolières.

«C’est une autre avenue de croissance que l’on considère. Cela nous a permis aussi de revamper notre offre», dit Jérôme Dufresne.

Le Groupe F. Dufresne est une entreprise familiale qui a démarré ses activités en 1950 avec la livraison de mazout de chauffage dans la Basse-Ville de Québec.
Photo courtoisie
Le Groupe F. Dufresne est une entreprise familiale qui a démarré ses activités en 1950 avec la livraison de mazout de chauffage dans la Basse-Ville de Québec.

Un contrôle serré des coûts

Pour être performant, le groupe exerce un contrôle serré de ses coûts de A à Z, jusqu’à la slush ou le café vendus dans ses dépanneurs.

«On n’est pas dépendants d’une marque appartenant à un tiers. On contrôle notre mise en marché. On peut faire des offres croisées avec l’essence ou d’autres produits dans le dépanneur», exprime encore Jérôme Dufresne.

«On n’a pas de complexe d’infériorité. Il n’y a pas de raison de ne pas offrir des dépanneurs plus beaux que Couche-Tard, avec une meilleure offre de produits. On est même plutôt bons là-dedans», renchérit Pierre-Olivier Dufresne.

Le groupe contrôle près de 200 stations-service (EKO, Petro-Canada, Sonerco et Axco) et est propriétaire de 62 dépanneurs corporatifs, dont 25 sous la bannière Sprint, un peu partout au Québec.

Les prochaines années seront aussi marquées par le développement de la chaîne de restauration rapide Topla ! Cette dernière s’apprête à faire un grand pas à l’extérieur de la région de Québec.

Au tour du marché de Montréal

La chaîne, qui compte actuellement sept restaurants, ouvrira une succursale à Blainville, à l’automne 2019, tout près du centre commercial Premium Outlets.

«On voulait que le concept soit bien ancré à Québec, avant de prendre de l’expansion à Montréal. On a choisi Blainville pour commencer parce que c’est plus proche de notre clientèle cible qui est les familles», ajoute Francis Dufresne, qui lancé la chaîne en 2014.

L’entreprise est en négociation pour ouvrir d’autres succursales dans la région de Montréal. L’objectif est d’ouvrir deux à trois restaurants par année à partir de 2020.

Groupe F. Dufresne

  • Domaine d’affaires : distribution et vente au détail de produits pétroliers, exploitant de stations-service, d’un réseau de dépanneurs et d’une chaîne de restaurants.
  • Fondation : 1950
  • Siège social : Québec
  • Actionnaires : Jérôme, Pierre-Olivier et Francis Dufresne
  • Nombre d’employés : 700 emplois directs