/world/america
Navigation

Brésil: les droits de l’Homme menacés sous Bolsonaro

Brésil: les droits de l’Homme menacés sous Bolsonaro
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le président d’extrême droite Jair Bolsonaro a pris lors de ses cinq premiers mois à la tête du Brésil des mesures qui menacent les droits de l’Homme, a dénoncé Amnesty International dans un rapport publié mardi.  

« Nous avons observé avec attention son gouvernement et malheureusement, nos inquiétudes commencent à être justifiées: il a pris des mesures qui menacent le droit à la vie, à la santé, à la liberté et à la terre », a affirmé la directrice d’Amnesty au Brésil, Jurema Werneck, citée dans le rapport.  

Pour l’ONG, deux décrets qui assouplissent les critères d’attribution de permis de détention ou de port d’armes « peuvent contribuer à l’augmentation du nombre d’homicides » dans un pays qui est déjà l’un des plus violents au monde, avec près de 64 000 personnes tuées en 2017. 

Le taux d’homicide frôle les 31 pour 100 000, trois fois supérieur au seuil de violence endémique défini par l’ONU. 

Amnesty critique également le projet de loi anticriminalité soumis au Congrès par le ministre de la Justice et de la Sécurité publique Sergio Moro, qui, selon Jurema Werneck, « rend légitime une politique sécuritaire basée sur l’usage de la force létale ». 

Une de ces mesures élargit notamment la notion de légitime défense pour les policiers. Si cette loi était votée, les agents des forces de l’ordre pourraient ne pas être poursuivis s’ils font l’usage de leur arme en raison « de la peur, de la surprise ou d’une émotion violente ». 

L’ONG a aussi fait part de son inquiétude au sujet des droits des indigènes, insistant sur le fait que « de nombreuses communautés ancestrales dont les territoires n’ont pas encore été reconnus sont en danger ». 

Amnesty rappelle qu’une des premières décisions du gouvernement Bolsonaro avait octroyé la responsabilité de la délimitation des terres réservées aux indigènes au ministère de l’Agriculture, ce qui reviendrait pour ses détracteurs à livrer ces territoires à l’agro-négoce. 

Cette décision a été prise sous la forme d’une Mesure provisoire (MP), sorte de décret à effet immédiat, mais qui doit par la suite être approuvée par le Congrès pour être adoptée définitivement. 

Une commission parlementaire a déterminé début mai que cette attribution devait revenir à nouveau à la Fondation de l’Indien (Funai), organisme qui dépend du ministère des Droits de l’Homme. Amnesty réitère toutefois son « inquiétude », dans la mesure où la MP doit encore être votée en séance plénière.