/news/politics
Navigation

Séance du conseil sous les huées à Saint-Jérôme

Le maire dit vouloir rester malgré que des citoyens demandent sa démission

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-JÉRÔME | « Démission », ont scandé à répétition une centaine de résidents de Saint-Jérôme lors du conseil municipal, mardi soir au point où le maire peinait à se faire entendre sous les huées.

« Je n’ai qu’une question : ‘‘quand allez-vous démissionner ?’’ », a demandé Simon Lynch au micro, ce qui a suscité une ovation debout de plus de la moitié de l’assemblée.

Le maire Stéphane Maher a parfois eu de la difficulté à regagner le silence lors de la soirée, puisque des dizaines de citoyens s’y étaient rendus pour faire entendre leur colère.

La salle pouvant contenir près de 200 personnes était remplie à craquer, alors qu’il n’y a habituellement qu’une trentaine de citoyens qui se présentent aux séances du conseil, soutient le directeur des communications de la Ville, Michel Therrien.

Plusieurs citoyens mécontents de Saint-Jérôme ont profité de la période de questions du conseil municipal de mardi pour demander la démission du maire Stéphane Maher ou tenter d’obtenir des réponses quant à sa façon de gérer la ville des Laurentides.
Photo Martin Alarie
Plusieurs citoyens mécontents de Saint-Jérôme ont profité de la période de questions du conseil municipal de mardi pour demander la démission du maire Stéphane Maher ou tenter d’obtenir des réponses quant à sa façon de gérer la ville des Laurentides.

M. Maher est sur la sellette depuis la publication d’un reportage de notre Bureau d’enquête, révélant qu’il a offert en 2017 un « emploi prestigieux » à un conseiller municipal qu’il ne voulait plus au sein de son parti. La conversation avait été enregistrée à son insu.

Il fait aussi l’objet d’un avis d’infraction de la part du Directeur général des élections, en lien avec cet événement.

Pas de questions

Malgré cela, M. Maher a réitéré sa « ferme intention » de rester maire, refusant de répondre aux questions des citoyens touchant ce sujet.

Dans une déclaration écrite envoyée plus tôt en journée, il a rappelé qu’il avait le droit d’autoriser ou non des candidatures au sein de sa formation politique.

Le communiqué ne fait toutefois aucune allusion aux postes offerts au conseiller évincé.

Un point « Question des journalistes » apparaissait à l’ordre du jour de l’assemblée, mais il n’a pas été respecté. Au terme de la séance, le maire a refusé de répondre aux questions du Journal.

« Crapulerie »

« C’est de la crapulerie. Tasser des gens et mettre des pions à la place », s’est exclamé Michel Trempe, 67 ans, un citoyen rencontré à l’entrée du conseil, où une trentaine de résidents s’étaient rassemblés pour manifester leur colère.

« C’est vraiment grave ce qui se passe », dit Marc-Olivier Neveu, 19 ans, co-porte-parole du Mouvement Jérômien, un parti qui existe officiellement depuis la semaine dernière.

« Il y a une omertà au sein du conseil municipal et c’est antidémocratique. »

Le Mouvement a aussi lancé mardi une pétition pour demander une fois de plus la démission du maire Maher, ainsi que des explications de la part des autres conseillers municipaux qui auraient été présents lors de la rencontre enregistrée.