/misc
Navigation

USA: Interdire l’avortement

USA: Interdire l’avortement
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les républicains et leurs morales  

Sur plusieurs plans, les républicains financés par les immenses comités d’action politique (PAC) de compagnies privées et de milliardaires, au nom de la liberté individuelle, même si cela est complètement antidémocratique, sont à la fois des dinosaures et des fossiles; ils prétendent que Dieu a créé les États-Unis pour qu’ils dominent le monde. Et tous les moyens sont bons pour y parvenir, même criminels, comme ceux récemment appliqués en Libye, en Irak, en Corée, en Syrie, au Venezuela, en Iran. Mais miséricordieux comme ils sont, ils pardonnent les monstrueux crimes commis par ceux qui leur sont soumis comme Israël, l'Arabie Saoudite, les Émirats arabes, l'Égypte, la Colombie, et maintenant le Brésil.   

Les républicains, c’est connu, sont contre les homosexuels, les migrants, surtout musulmans, l’avortement, les syndicats, les services publics comme la santé, l’impôt sur le revenu et celui sur la richesse (à moins que ce soit pour financer l’armée, leurs guerres «patriotiques» et leur justice avec leurs propres juges) et ils sont même souvent opposés aux relations sexuelles avant le mariage. Naturellement, ils ont le socialisme en sainte horreur et ils voient des socialistes partout et dans tout ce qui s’appelle «État». Les socialistes sont les démocrates, même Hillary Clinton, les écologistes comme Greenpeace, les syndicats qui veulent regrouper les travailleurs ordinaires et plusieurs médias d’information comme le Washington Post et le New York Times.  

Abolir le droit à l’avortement  

Que vois-je comme titre d’article paru dans Le Devoir du 8 mai 2019? «L’État américain de la Géorgie [dirigé par des républicains, bien évidemment] adopte une loi très restrictive sur l’avortement». Et puis un autre publié le 3 mai 2019: «L’Alabama [républicain] veut interdire l’avortement aux médecins».   

Une loi qui aura pour conséquence que pratiquer l’avortement sera reconnu comme un crime passible de peines de prison allant de 10 à 99 ans. La loi c’est la loi, et les avortements seront interdits même en cas de viol et d’inceste. De vrais malades! Ah oui, les gouverneurs républicains de ces États savent bien que leurs lois seront contestées par des gens et des groupes dans les cours de justice de première instance. Ils savent qu’ils ont de bonnes chances d’être battus à ce niveau. Mais leur but avoué est d’aller jusqu’à la Cour suprême des États-Unis, qui, en 1973, avait autorisé l’avortement, afin qu’elle revienne sur sa décision et interdire maintenant le droit des femmes à avorter. Pourquoi donc veulent-ils se rendre en cour suprême? Pour la simple et bonne raison que Donald Trump et les républicains ont nommé récemment des juges ultraconservateurs qui sont contre l’avortement. Sur les sept juges que comptent les instances juridiques, il y en a maintenant cinq qui sont du côté des républicains.  

C’est une bande d’hypocrites et de lâches ces républicains qui sont contre l’avortement, mais qui coupent, comme l’a fait Donald Trump, dans les services sociaux, comme l’aide financière aux familles démunies, les soins de santé, l’éducation, etc. Ils sont contre l’avortement au nom, supposément, de la vie, mais ils sont pour la peine de mort et ils sont des adeptes de la prison et des armes à feu. Moins de services publics rime avec grosse criminalité comme c’est justement le cas aux States. Ils sont assez cinglés pour nous dire qu’ils veulent interdire l’avortement au nom de la sécurité nationale, tant qu’à faire!  

Idem pour les conservateurs canadiens  

Vous le savez, les conservateurs canadiens, comme Stephen Harper et Andrew Scheer, sont des copies conformes des républicains américains. Ils sont également contre l’avortement, comme l’indique ce texte: «L’avortement revient sur le devant de la scène. Les conservateurs veulent donner la présidence du Comité sur la condition féminine à une députée pro-vie [Rachel Harder], au grand dam des libéraux et des néodémocrates» (Le Devoir, 27 septembre 2017). Une initiative qui ne relève pas de Stephen Harper, mais du nouveau chef Andrew Scheer, celui-là même qui veut «museler l’opposition aux pipelines» (Le Devoir, 25 septembre 2018). Andrew Scheer est pire que son prédécesseur à plusieurs points de vue. Et dire qu’il y en a qui vont voter pour eux!   

Républicains et conservateurs: même combat  

Vous voulez quelques preuves que les conservateurs canadiens et les républicains américains c’est du pareil au même? J’ai ressorti ces trois petits articles:  

- «Harper favorable à la peine de mort» (Le Devoir, 20 janvier 2011);  

- «Conservateurs. La torture serait acceptable» (Le Journal de Montréal, 8 février 2012);  

- «Stephen Harper veut ériger un monument [à Ottawa] aux victimes du communisme» (Le Devoir, 7 juillet 2015).  

Ah, que ça rappelle de beaux souvenirs de la trop longue période des conservateurs fédéraux au pouvoir! Et n’importe qui aux prochaines élections, sauf Andrew Scheer et Maxime Bernier. On va laisser ce cher Maxime aux Beaucerons qui l’aiment beaucoup; on se demande pourquoi, lui qui sème le doute sur l’avortement...   

Stephen avait des relents de Donald Trump, comme dans ceci: «Stephen Harper répond à sa propre question» (Le Devoir, 24 août 2015). Les deux avaient horreur des journalistes, sauf ceux de Fox.  

Aux États-Unis, le bébé peut mourir à la naissance  

Je vous l’ai dit, les États-Unis est le pays occidental qui offre le moins de programmes sociaux gratuits et universels. Ce n’est pas qu’ils n’ont pas les moyens financiers, c’est pour respecter le libre-choix et la liberté individuelle, selon ce qu’ils prétendent. Les services publics pour les Américains, ça relève du communisme. À les entendre, ce n’est pas parce que les gens n’ont pas les moyens de se payer que c’est un bon choix. Privé égale concurrence, ce qui aboutit à des baisses de prix, qu’ils donnent. Aux États-Unis, la santé est privée avec plusieurs hôpitaux et cliniques cotés à la bourse. Et pourtant, c’est de loin le système de santé le plus cher au monde. Pouvez-vous m’expliquer?  

Saviez-vous que de tous les pays de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), le Mexique a le pire taux de décès à la naissance? Pays qui pourtant encense la maternité à tout prix? Cuba jouit d’un des plus bas taux au monde, même meilleur que la France. Je sais, j’ai une tête de cochon, je ne devrais pas citer Cuba en exemple. Certains vont encore une fois me proposer de payer mon billet, aller simple évidemment. Pour revenir à l’Oncle Sam: «Pour accoucher [et encore plus pour avorter], évitez le Texas et le reste des États-Unis» (OBS, 1er février 2018).   

Gare aux touristes enceintes qui vont aux États-Unis  

Ça lui apprendra à cette résidente canadienne de la Saskatchewan enceinte à aller se prélasser aux States. En raison d’imprévus malheureux: «95 000$ pour avoir accouché aux États-Unis» (La Presse, 20 novembre 2014). Naturellement, les assureurs privés ne veulent pas payer l’addition.