/24m/transports
Navigation

Vers un plan pour unifier les tarifs du transport en commun en décembre

bloc RTC bus autobus trafic
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Le plan d’uniformisation des tarifs du transport en commun dans la grande région de Montréal devrait être déposé en décembre prochain, et implanté de façon progressive de 2020 à 2024.

C’est ce que l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) a mentionné mardi lors d’une rencontre d’information publique au centre-ville de Montréal. «On souhaite rendre publics dès cet été les scénarios les plus plausibles», a ajouté la porte-parole de l’organisation, Fanie St-Pierre.

Lors de sa création, l’ARTM a reçu le mandat d’uniformiser et de simplifier la tarification des transports en commun dans la grande région métropolitaine. Actuellement, 16 systèmes distincts y cohabitent.

Avant que la proposition soit déposée au conseil d’administration en décembre, l’ARTM tiendra des consultations publiques de juillet à octobre. Un sondage réalisé par une firme externe auprès de 4200 répondants permet déjà de constater certaines tendances.

Par exemple, si une tarification selon la période de la journée est implantée, elle risque davantage de prendre la forme d’un rabais hors pointe que d’une surcharge à l’heure de pointe. «Ça semble être cette approche-là qui retient davantage l’attention. L’idée, ce n’est pas de donner des rabais pour des rabais, mais d’inciter les gens à voyager hors pointe», a expliqué Daniel Bergeron, directeur exécutif Planification du transport et de la mobilité.

La tarification par zones semble être là pour rester, alors que celle par «distance pure» (par exemple la différence entre trois arrêts d’autobus ou quinze) est jugée trop fastidieuse. «Dans la consultation, la réaction des citoyens semblait être que c’est intéressant en théorie, mais qu’en pratique, ce serait complexe», a ajouté M. Bergeron.

Tarification sociale

Pour ce qui est de la tarification sociale, le sondage indique que les utilisateurs sont favorables à 74 % à la réduction des tarifs pour les étudiants et à 73 % pour les aînés.

Cette proportion tombe à 63 % pour les personnes à faible revenu, à 62 % pour les familles et à 58 % pour les personnes avec des conditions particulières, par exemple en recherche d’emploi ou avec invalidité. «Tout n’est pas décidé. On fait du balisage, on est en train d’évaluer ce qui se fait ailleurs», a précisé Mme St-Pierre.

Sur quatre ans

L’implantation de la réforme tarifaire sur quatre ans a soulevé des murmures dans l’assistance.

«Ça devra être fait de cette façon premièrement pour s’adapter à l’arrivée du REM, mais aussi parce que certaines mesures seront plus faciles à mettre en place que d’autres en termes de gestion du changement», a mentionné Mme St-Pierre.

Certains irritants, comme le fait que le titre mensuel de la STM ne permette pas de prendre le métro à partir de Longueuil ou de Laval, pourraient être réglés rapidement dès la première année, a-t-elle dit.

Par opposition, des changements qui modifieraient les habitudes de la clientèle devraient être mis en place progressivement. «Le système Opus a été implanté sur plusieurs années, lui aussi», a rappelé Mme St-Pierre.

L’ARTM a mis en place une plateforme d’information web sur la tarification, qu’on peut consulter à l’adresse www.parlonstarification.quebec.