/sports/hockey
Navigation

La Suisse attend le Canada de pied ferme

Coup d'oeil sur cet article

La Suisse connaît récemment beaucoup de succès contre le Canada au Championnat du monde de hockey. La formation helvétique entrevoit donc avec beaucoup de confiance le duel de quart de finale entre les deux pays qui aura lieu jeudi, à Kosice en Slovaquie.

L’année dernière, c’est en effet la Suisse qui a éliminé les représentants de l’unifolié en vertu d’une victoire de 3 à 2 en demi-finale. En 2017, la Suisse l’emportait 3 à 2 en prolongation en phase préliminaire. L’entraîneur-chef des Suisses, Patrick Fischer, se garde toutefois de prendre le Canada à la légère.

«On sait qu’ils sont vraiment très forts, a-t-il dit, selon le quotidien "Le Nouvelliste". Nous devons être intelligents. Si nous jouons bien, nous pouvons battre le Canada. Nous sommes toujours très motivés contre eux. Oui, nous avons eu du succès par le passé, mais c’est de l’histoire ancienne. Il ne faudra pas se disperser en pensant aux arbitres ou aux adversaires.»

Fischer a d’ailleurs fait ses devoirs et analysé le jeu du Canada. «Ils sont très costauds avec un excellent jeu de transition. Et je trouve qu’ils vont très vite aussi.»

De bons moments

La Suisse n’a jamais triomphé au Mondial. Elle connaît toutefois de bons moments, ayant été décorée d’argent en 2013 et 2018. La dernière présence sur le podium remontait auparavant à l’édition de... 1953.

Cette année-là, seulement quatre pays avaient participé à l’événement. La Tchécoslovaquie n’a finalement pas été classée, puisqu’elle a abandonné le tournoi lorsque le président de l’époque est décédé.

Portée par des résultats encourageants au cours des dernières années, la formation suisse montre donc un moral sans faille.

«Nous jouons aux cartes, nous jouons parfois à des jeux vidéo, c’est vraiment super sympathique, a expliqué Grégory Hofmann. Nous sommes dans le même état d’esprit que l’an passé, même si les victoires aident aussi à cimenter le groupe.»

Devant se déplacer de Bratislava à Kosice pour ce match, l’équipe a également profité d’un voyage en train pour fortifier encore un peu plus la chimie. «C’était chouette de faire ce trajet, a avancé Joël Genazzi. Nous rigolons bien ensemble.»

Si le Canada doit se débrouiller sans son meilleur buteur, Anthony Mantha, suspendu pour un match, la Suisse pourrait également être privée d’un excellent élément. L’ancien défenseur du Canadien de Montréal Yannick Weber pourrait s’absenter en raison d’une blessure à la nuque.